Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre-Amandiers

"Pays natal" Jusqu’au 9 février

De la Grèce, nous avons tous des images - la mer, le soleil, les îles – et des souvenirs de nos études – le pays qui a inventé les mythes et le théâtre, la philosophie, les mathématiques et la démocratie. Clichés ou réalités ? Et les Grecs, quelle image en avons-nous, surtout aujourd’hui où la crise de la dette a mis leur pays à la une des journaux ? Et puis qu’est-ce qu’être Grec pour les Grecs ? Comment composer avec une histoire et une culture admirées par tous et un présent beaucoup moins glorieux, une langue qui a inspiré une grande partie de nos mots savants et qui aujourd’hui est mieux connue à l’étranger qu’en Grèce, le grec moderne étant bien différent du grec classique.

Crédit Agnès Mellon

Quatre jeunes artistes, deux Grecs et deux Français croisent leur regard sur ce pays dans une création collective inspirée de l’œuvre de Dimitris Dimitriadis. La confrontation de leurs points de vue les conduit à dépasser les clichés, à plonger dans l’histoire pour surmonter les préjugés. Pour évoquer ce Pays natal, Dimitris Daskas et Pierre-Marie Poirier, à la fois metteurs en scène et comédiens, ont crée des situations, parfois réalistes, parfois absurdes, qui mettent en lumière les incohérences de l’histoire grecque. Les langues, française et grecque, se mêlent, tantôt poème, tantôt lecture d’un guide de voyage, vocabulaire quotidien, petit manuel de survie du touriste soucieux de rencontres. L’espace sur lequel évoluent les comédiens a pour soubassement un assemblage hétéroclite de fragments de colonnes et de détritus de plastique qui envahissent les plages. Ils ont su créer des images qui convoquent nos souvenirs de la Grèce des cartes postales, qui nous font rire souvent, qui nous émeuvent aussi. Ils utilisent pour cela tous les moyens de la scène et de la vidéo. Ils mêlent ainsi des images du Parthénon et des manifestants de la Place Syndagma, la parole des jeunes et celle des anciens, de ceux qui se sont autrefois exilés et qui aujourd’hui ont peur pour leurs enfants. Ces acteurs, jeunes, dynamiques, tous les quatre excellents, nous offrent un spectacle plein d’humour, où l’on passe du mythe de Tantale aux flots de touristes d’aujourd’hui, d’une Grèce glorieuse à une Grèce humiliée, où l’on parle avec élégance et humour de la dette et de la corruption. C’est à la fois sérieux et drôle et l’on est en empathie avec eux lorsqu’ils déclarent « la Grèce ne nous permet aucune identification avec elle » et qu’ils concluent avec Dimitris Dimitriadis que leur avenir demande de la créativité, du risque, de l’audace, de la vie. Courez-y, cela changera peut-être votre image de la Grèce, mais à coup sûr vous serez conquis par leur humour et leur dynamisme.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20h30, le jeudi à 19h30, le dimanche à 16h
Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso, 92022 Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)