Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville, jusqu’au 4 mars 2018

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » Texte et mise en scène Pierre Bénézit.

Dans leur boutique désertée, Paul Bert et Gérald pensent que notre époque bavarde a fait le tour de tous nos sujets de conversation. Leur activité lucrative consiste à inventer des dialogues qu’ils tentent de revendre à ceux qui sont à court d’idées à échanger.

Barbara entre dans la boutique. Elle est à la recherche d’une bouteille de vin.

En attendant que Paul Bert et Gérald trouvent une solution à sa demande, elle se mêle de leurs affaires et sa participation candide ouvre sur d’autres possibilités.

Théâtre : Penser qu'on ne pense à rien

Voilà une petite comédie à la fois farfelue et poétique qui flirte avec le mouvement du théâtre de l’absurde. Elle met en scène des personnages à la fois en prise avec la société mais également totalement marginalisés, rêveurs, naïfs et dans le fond, profondément désespérés. Chacun des personnages est soigneusement écrit et fonctionne en contraste avec l’autre.

Paul Bert est une sorte de Pierrot lunaire quand Gérald est un bougon qui cache autant que possible, sa sensibilité et quant à Barbara, avec sa demande, elle est à la fois un personnage « quotidien » et une sorte d’extra-terrestre...

Leurs répliques s’enchaînent dans un vertigineux non-sens rivalisant dans un « ping-pong » soutenu entre tendresse et féroce ironie.

Mais derrière les apparences, la pièce de Pierre Bénézit pose bien d’autres questions en rapport avec le monde actuel. Car en déroulant le fil de leurs obsessions, les personnages se frottent à la question de l’infini, de leur place dans l’univers. Le passé n’existe peut-être plus et le futur n’existe pas encore. Reste le présent. Mais le présent peut-il trouver sa place privé du passé et du futur ?

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » est une pièce à la fois drôle et pathétique. Une pièce où on a le choix de n’être que spectateur face à une comédie percutante mais porteuse d’un propos qu’on peut interroger à tout instant.

Les comédiens complices sont irrésistibles. Ils servent magnifiquement l’univers singulier de Pierre Bénézit. Olivier Broche et Vincent Debost forment un duo de vieux amis rodés à une vieille complicité et Anne Girouard vient en contre point renforcer la drôlerie et le pathétique du texte.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple 75 011 Paris

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)