Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville, jusqu’au 4 mars 2018

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » Texte et mise en scène Pierre Bénézit.

Dans leur boutique désertée, Paul Bert et Gérald pensent que notre époque bavarde a fait le tour de tous nos sujets de conversation. Leur activité lucrative consiste à inventer des dialogues qu’ils tentent de revendre à ceux qui sont à court d’idées à échanger.

Barbara entre dans la boutique. Elle est à la recherche d’une bouteille de vin.

En attendant que Paul Bert et Gérald trouvent une solution à sa demande, elle se mêle de leurs affaires et sa participation candide ouvre sur d’autres possibilités.

Théâtre : Penser qu'on ne pense à rien

Voilà une petite comédie à la fois farfelue et poétique qui flirte avec le mouvement du théâtre de l’absurde. Elle met en scène des personnages à la fois en prise avec la société mais également totalement marginalisés, rêveurs, naïfs et dans le fond, profondément désespérés. Chacun des personnages est soigneusement écrit et fonctionne en contraste avec l’autre.

Paul Bert est une sorte de Pierrot lunaire quand Gérald est un bougon qui cache autant que possible, sa sensibilité et quant à Barbara, avec sa demande, elle est à la fois un personnage « quotidien » et une sorte d’extra-terrestre...

Leurs répliques s’enchaînent dans un vertigineux non-sens rivalisant dans un « ping-pong » soutenu entre tendresse et féroce ironie.

Mais derrière les apparences, la pièce de Pierre Bénézit pose bien d’autres questions en rapport avec le monde actuel. Car en déroulant le fil de leurs obsessions, les personnages se frottent à la question de l’infini, de leur place dans l’univers. Le passé n’existe peut-être plus et le futur n’existe pas encore. Reste le présent. Mais le présent peut-il trouver sa place privé du passé et du futur ?

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » est une pièce à la fois drôle et pathétique. Une pièce où on a le choix de n’être que spectateur face à une comédie percutante mais porteuse d’un propos qu’on peut interroger à tout instant.

Les comédiens complices sont irrésistibles. Ils servent magnifiquement l’univers singulier de Pierre Bénézit. Olivier Broche et Vincent Debost forment un duo de vieux amis rodés à une vieille complicité et Anne Girouard vient en contre point renforcer la drôlerie et le pathétique du texte.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple 75 011 Paris

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)
  • « Tchekhov à la folie »
    En 1887 la première pièce de Tchekhov, Ivanov est un échec. Il compose alors une courte comédie, qu’il appelle lui-même « une plaisanterie », L’ours . Le gros succès de cette pièce servira de tremplin... Lire la suite (15 mai)