Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville, jusqu’au 4 mars 2018

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » Texte et mise en scène Pierre Bénézit.

Dans leur boutique désertée, Paul Bert et Gérald pensent que notre époque bavarde a fait le tour de tous nos sujets de conversation. Leur activité lucrative consiste à inventer des dialogues qu’ils tentent de revendre à ceux qui sont à court d’idées à échanger.

Barbara entre dans la boutique. Elle est à la recherche d’une bouteille de vin.

En attendant que Paul Bert et Gérald trouvent une solution à sa demande, elle se mêle de leurs affaires et sa participation candide ouvre sur d’autres possibilités.

Théâtre : Penser qu'on ne pense à rien

Voilà une petite comédie à la fois farfelue et poétique qui flirte avec le mouvement du théâtre de l’absurde. Elle met en scène des personnages à la fois en prise avec la société mais également totalement marginalisés, rêveurs, naïfs et dans le fond, profondément désespérés. Chacun des personnages est soigneusement écrit et fonctionne en contraste avec l’autre.

Paul Bert est une sorte de Pierrot lunaire quand Gérald est un bougon qui cache autant que possible, sa sensibilité et quant à Barbara, avec sa demande, elle est à la fois un personnage « quotidien » et une sorte d’extra-terrestre...

Leurs répliques s’enchaînent dans un vertigineux non-sens rivalisant dans un « ping-pong » soutenu entre tendresse et féroce ironie.

Mais derrière les apparences, la pièce de Pierre Bénézit pose bien d’autres questions en rapport avec le monde actuel. Car en déroulant le fil de leurs obsessions, les personnages se frottent à la question de l’infini, de leur place dans l’univers. Le passé n’existe peut-être plus et le futur n’existe pas encore. Reste le présent. Mais le présent peut-il trouver sa place privé du passé et du futur ?

« Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose » est une pièce à la fois drôle et pathétique. Une pièce où on a le choix de n’être que spectateur face à une comédie percutante mais porteuse d’un propos qu’on peut interroger à tout instant.

Les comédiens complices sont irrésistibles. Ils servent magnifiquement l’univers singulier de Pierre Bénézit. Olivier Broche et Vincent Debost forment un duo de vieux amis rodés à une vieille complicité et Anne Girouard vient en contre point renforcer la drôlerie et le pathétique du texte.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple 75 011 Paris

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)