Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cai Shangjun (Chine-Hong Kong)

"People mountain people sea" Sortie en salles le 19 juin 2013

Un jeune homme est poignardé dans une carrière en exploitation en Chine. La police ayant laissé l’assassin s’échapper, le frère de la victime, Lao Tie, décide de partir à sa recherche espérant d’une part venger le crime et d’autre part, toucher une prime qui lui permettrait d’éponger ses dettes.

Lao Tie va ainsi parcourir la Chine du nord au sud et, au hasard de son périple, se faire aider par des personnages de rencontre qui vont lui indiquer le chemin à suivre.

Si le sujet du film de Cai Shangjun a quelque chose de linéaire, le choix d’une narration particulièrement elliptique, les contrastes sur lesquels il fonctionne, les chocs entre les différentes cultures et les environnements brouillent sans cesse les pistes et produisent un récit qui paraît s’égarer mais pour mieux se retrouver ensuite.

Le personnage mutique de Lao Tie dont on ne sait pas si dans sa recherche, il donne la priorité au désir de vengeance ou à l’intérêt financier, n’est pas là pour clarifier la situation où il s’est engagé.

"People mountain people sea" est un film d’une grande noirceur qui donne l’image d’une Chine misérable et hostile. Les paysans qui y sont montrés ont sacrifié leur jeunesse en consacrant en vain toute leur énergie au développement économique de leur pays.

Le film de Cai Shangiun est à l’image de son titre. Il est constitué de deux parties distinctes

et les deux mots qui le constituent, s’ils ont une signification séparément, en ont une toute autre quand ils se trouvent associés. Il s’en dégage alors une impression de force qui tient aux énergies de la nature.

Dans sa première partie, le film raconte l’histoire de Lao Tie quand il découvre le monde en traversant les paysages de la Chine. Seul, il demeure mutique, énigmatique et livre peu de choses sur lui mais son périple est d’autant plus passionnant qu’il "questionne".

Dans la deuxième partie où le personnage en rencontre plusieurs autres, il n’est plus du tout important de savoir qui est qui. Le film fonctionne dorénavant sur le phénomène du groupe et la mine en devient l’unique décor.

L’histoire que traite Cai Shangiun est inspirée d’un fait divers qui date de 2008, période où la vie en Chine s’est durcie.

Le film a été tourné sur les lieux réels du drame avec les vrais habitants, pour tout ce qui concerne le meurtre du frère. Toute la partie sud du récit a été tournée à Chongqing, dans la province de Sichuan, qui est une grande ville développée, la plus proche de l’endroit où a eu lieu le fait divers.

On peut se laisser prendre à ce road-movie singulier, à ce parti-pris de narration où tous les éléments sont à la disposition du spectateur pour qu’il construise lui-même le récit à sa façon et reconstitue au final le puzzle, dans toute sa subtilité.

Une œuvre forte par le choix de son sujet et par le traitement sinueux choisi par la réalisateur Cai Shangiun.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)