Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

à Confluences, jusqu’au 4 décembre 2014

« Péril Jeune » 7ème Festival Soutien aux jeunes créateurs

Comme nous l’avons sommairement indiqué dans l’Us-Magazine de novembre 2014, avec le Théâtre 13 et ses « Prix-programmations » dédiés aux jeunes créations depuis 9 ans (voir nos articles en ligne et une présentation générale notamment), Confluences – ’’lieu d’engagement artistique’’ - est l’un des rares théâtres qui construisent durablement en Ile-de-France une politique d’encouragement et de soutien aux jeunes artistes. Cette orientation s’efforce, malgré l’austérité croissante dans le domaine de la culture, « d’offrir aux talents émergents des conditions favorables pour développer et présenter leurs projets, dans une démarche de professionnalisation ».
culture-festival-péril jeune Sans ’’jeunisme’’ mais avec la claire conscience de la précarité et des conséquences spécifiques des cloisonnements, difficultés d’accès aux scènes, des difficultés d’être vus, entendus par l’institution et un large public... Confluences organise pour la 7ème année consécutive deux mois de rencontres autour de 31 propositions artistiques (retenues parmi 140 candidatures), théâtrales, musicales, chorégraphiques, plastiques... portées par de jeunes artistes de diverses régions. Un festival à découvrir et encourager car sa pérennité n’est pas acquise, et avec les régressions du statut des intermittents, rien ne serait pire péril que la stérilisation de la jeune création...
culture-festival péril jeune7
Parmi celle dont nous avons pu apprécier la qualité en d’autres lieux, notamment lors d’un atypique festival de l’été, terreau de jeunes créations, ’’Théâtre en liberté’’ à Montferrier (à côté de Montpellier), l’Ensemble Esprits Libres présente une nouvelle approche de l’Antigone de Sophocle, titrée ’’ ANTIGONE// De la tristesse dans nos têtes ’’. Donnons leur la parole : « Beaucoup connaissent l’Antigone, la grande, la belle, la plus vindicative des Labdacides. Le temps de notre fable c’est l’après. Antigone est enterrée vivante. Durant ses derniers instants de vie, elle tapisse son tombeau de souvenirs, d’images auxquelles elle redonne vie. Elle se rejoue pour elle-même des situations passées, des souvenirs d’enfances avec sa fratrie. Elle invente aussi, joue avec ses fantasmes, comme un enfant imaginant son enterrement et guettant les réactions de ses proches pour vivre plus intensément et être capable de rire plus fort que la mort. En rejouant ces situations dans son petit théâtre imaginaire, elle interroge sa place, sa famille : Qu’est-ce qu’on nous lègue ? Un tas d’ordures immenses sur lequel on nous dit qu’il n’y a plus rien à faire ? Et nous dans tout cela ? Que léguerons-nous ?
En se centrant sur les enfants, le spectacle tente un parallèle avec les jeunes d’aujourd’hui, les futures générations à venir, où à chaque pied posé sur la terre on leur explique bien patiemment que tout est fini, tout est vu, fait, en crise, consommé, mort. Et pourquoi ne pas trouver un peu de beauté au milieu de toute cette laideur ? »
Une création que nous devons à la coopération de plusieurs jeunes femmes, Pauline et Angèle Peyrade [1] pour le texte, Jeanne Didier assistée de Laure Prioul pour la mise en scène, avec le concours de Lila Meynard (création Lumière). La réussite est également due à la musique d’Adrien Regard, et évidemment à l’interprétation par Thomas Couppey, Jean-Charles Guichardot, Alexandra d’Hérouville, Pierre Koestel, Pénélope Levy.
A découvrir très vite [2], dans ces lieux parisiens ou en tournée (chaque lecteur peut contribuer à leur programmation), sans oublier la rencontre-débat de clôture du festival, jeudi 4 décembre à 18h, animée par Carole Thibaut, directrice artistique de Confluences, autour d’un questionnement ouvert :
’’la ’jeune création’ fait-elle souffler un vent de liberté sur les arts de la scène, rejetant les normes et les formatages auxquels les artistes confirmé-e-s répondent souvent plus ou moins inconsciemment pour exister dans le circuit professionnel ? Ou bien, au contraire, n’est-elle pas une quête vitale de reconnaissance, qu’une utilisation poussée à l’extrême de tous les codes et postures esthétiques dictés par le milieu professionnel, dont l’artiste devra, pour devenir lui-même, apprendre à s’affranchir.’’
Philippe Laville

Confluences
190 Bd de Charonne 75020 - Métro Alexandre Dumas ou Philippe Auguste
01 40 24 16 46 - resa@confluences.net
Programme sur www.confluences.net

Notes

[1Angèle Peyrade signe également la chorégraphie

[2Après la présentation de ce spectacle les 27 et 28 Novembre (20h) au Centre d’Animation Les Halles Le Marais (6-8 Place Carrée 75001 Paris M° Châtelet - Les Halles ; 01 40 28 18 48)
il est à Confluences ce samedi 29 novembre à 17h et à 20h30

Autres articles de la rubrique Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

  • « Parade(s) »
    Comme chaque année depuis 1990, le festival des arts de la rue met en fête la ville de Nanterre pendant trois jours. Entièrement gratuit, il invite une quarantaine de compagnies et environ 250... Lire la suite (24 mai)
  • « Festival Traverse »
    Ce festival est l’héritier du festival Contes en chemin. On y retrouve les balades contées et les petites formules qui avaient fait le succès du festival. Toujours organisé par la communauté de... Lire la suite (24 mai)
  • Intimité publique
    A travers la lecture de leurs carnets, de leur correspondance, de journaux, on entre dans l’intimité de peintres célèbres, Delacroix, Picasso, Frida Khalo, Nicolas de Staël, etc. Les 23, 24 et 25... Lire la suite (13 mai)
  • Festival Mises en capsules
    Mises en capsules est un festival de "formats courts" du 20 mai au 8 juin du lundi au samedi à partir de 19h. Cinq spectacles de 30 minutes Théâtre Lepic, 1 avenue Junot, 75018 Paris.... Lire la suite (12 mai)
  • La danse verticale en KIT
    La danse verticale en KIT est un événement européen de danse verticale organisé par la compagnie Retouramont et le Vertical Dance Forum, à Paris 13ème et dans le Val de Marne. Au programme, notamment... Lire la suite (9 mai)