Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Roschdy Zem (France)

« Persona non grata » Sortie en salles le 17 juillet 2019.

José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté.

Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident de prendre une décision radicale qui va les réunir dans un lourd secret et ouvrir sur des conflits qui vont modifier leurs rapports jusque-là amicaux.

Alors qu’ils semblent commencer à apercevoir le bout du tunnel et envisager un avenir meilleur, un étrange personnage fait irruption dans leurs vies, leur rappelant que les erreurs du passé ne peuvent pas s’effacer totalement.

Cinéma : Persona non grata

«  Persona non grata » est l’adaptation d’un film brésilien «  O invasor  » (L’intrus).

Il met en scène deux jeunes gens ordinaires (les personnages ont été écrits pour Nicolas Duvauchelle et Raphaël Personaz) qui ne sont ni des bandits, ni des voyous mais qui vont être amenés à commettre un acte trop grand pour eux.

Un acte qui, non seulement va les dépasser, mais modifier profondément le champ de leur relation, celles qu’ils ont avec leurs femmes respectives et leurs relations professionnelles.

Roshdy Zem a réalisé un thriller efficace dont l’action obéissant aux codes du genre, reste haletante de bout en bout même lorsque le récit déborde le périmètre des conflits et menaces entre les protagonistes et qu’il s’accorde le temps d’y regarder de plus près sur la personnalité et sur l’environnement intime des deux protagonistes.

Et là où le film de Roshdy Zem prend des libertés avec le film de genre traditionnel, c’est lorsqu’il montre les limites des personnages de José et de Maxime, leurs limites d’hommes ordinaires désemparés confrontés à une épreuve face à laquelle d’autres personnages de thriller auraient su déployer d’autres ressources.

« Persona non grata  » est un thriller où les hommes qui ne sont pas des héros pleurent, où la sensibilité humaine n’est jamais bien loin.
Les personnages féminins du film sont beaucoup plus attendus, depuis la jeune fille innocente jusqu’aux épouses des protagonistes en passant par celui de la garce classique à laquelle Hafiza Hamzi apporte cependant une coloration particulière.

Roshdy Zem a pris en charge le personnage à juste titre inquiétant de l’histoire, celui de l’intrus, de la persona non grata qui, par la rigueur qu’il déploie, son autorité maléfique, rend au film toute sa coloration de film noir.

Roshdy Zem a réalisé, sur un trame assez classique de polar, un film personnel. Et les libertés qu’il prend avec le fil narratif n’entame nullement l’efficacité, la force de sa mise en scène...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)