Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Polar

« Personne ne le saura », Brigitte Gauthier Un sujet d’actualité et de société

« Personne ne le saura » est un titre bien choisi pour une intrigue qui repose sur la « drogue du viol », ce composé chimique qui tue toute volonté et noie dans l’oubli les traces de ce crime. La personne qui a fait l’objet de cette agression ne s’en souvient pas. C’est le trou noir. Comment convaincre la police de la réalité du viol ?

Polar : personne ne le saura

Brigitte Gauthier raconte cette plongée dans le noir de la mémoire. Son héroïne, Anna meurt pendant le temps de l’effet de la drogue, là trois heures. L’auteure veut nous amener au cœur de cet enfer pour essayer de retrouver le fil de l’eau de la vie. Une histoire aussi de vengeance d’une femme meurtrie, trompée par son ami et victime d’un prédateur plein de la bonne conscience du mâle incapable d’être dominateur.

Pour des raisons que je n’arrive pas à démêler, c’est le lecteur qui se noie dans les détails. L’écriture n’arrive ni à susciter l’empathie ni avoir le style d’une rapport froid sur les faits. Seule la volonté de cette femme, Anna, arrive à obliger à tourner les pages. La préparation de son retour dans le monde des vivants est bien vu. Il faut accepter, pour s’en rendre compte, d’arriver à la fin.

Nicolas Béniès.

« Personne ne le saura », Brigitte Gauthier, Série Noire/Gallimard.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « La dissonante »
    Tristan, chef d’orchestre d’une petite ville, est en quête de l’interprétation parfaite, celle qu’il entend dans sa tête. Il n’arrive pas à tirer de l’orchestre ni des incarnations de Tristan et Isolde –... Lire la suite (5 décembre)
  • « Twitter et les gaz lacrymogènes », Zeynep Tufekci
    Le monde, depuis les printemps arabes, connaît des secousses systémiques, de démolition de ce monde inégalitaire et corrompu. Partout les populations se sont mises en mouvement pour plus de justice... Lire la suite (1er décembre)
  • « La température de l’eau », George Axelrod
    George Axelrod (1922-2003), scénariste connu – notamment de « 7 ans de réflexion » avec Marilyn Monroe – s’était lancé, en 1971 avec « La température de l’eau » dans la satire de Hollywood, de ses acteurs... Lire la suite (30 novembre)
  • « Le jardin », Hye-Young Pyun
    Un accident de voiture. Qui est responsable ? Le conducteur ? Sa passagère, en même temps que son épouse ? Le hasard d’une route mouillée par la pluie ? La voiture dévale le bas côté et finit dans le... Lire la suite (30 novembre)
  • « Allez tous vous faire foutre », Aidan Truhen
    Un titre pareil devrait faire vendre : « Allez tous vous faire foutre », un impératif qu’il faut prendre, si l’on en croit le contenu, au propre et au figuré. Le narrateur est un dealer de coke à la... Lire la suite (29 novembre)