Actualité théâtrale

jusqu’au 17 avril

"Phèdre" de Sénèque au Théâtre Nanterre-Amandiers - partenaire Réduc’snes

Sénèque aurait écrit 9 tragédies, toutes inspirées de légendes grecques, dont Agamemnon, Hercule furieux, Hercule sur l’Oeta, Œdipe, Médée –qui est au programme des Amandiers en fin de saison, et que met en scène Zakariya Gouram-… et Phèdre qui se donne en ce moment, mise en scène par Julie Recoing.
Dans les tragédies de Sénèque les hommes dépassent les frontières de l’humain pour mieux devenir des héros monstrueux. Ils passent outre le domaine de la civilisation pour proposer un théâtre tragique. Confronté à un malheur sur-humain le héros est mis face à un choix : sombrer ou combattre. Dans le deuxième cas, il doit chercher dans sa mémoire des modèles héroïques ou criminels auxquels il devra s’identifier. Un crime contre l’humanité le placera à égalité des héros de référence.
La légende de Phèdre imaginée par Euripide repose sur le thème de la marâtre nourrissant un amour coupable pour le fils de son mari et qui, blessée par un refus, porte sur lui une accusation aveugle.
Hippolyte, dans le cas où il succéderait à son père ferait de l’Attique un territoire de chasse d’où toute civilisation serait écartée. Il se voit offrir par Phèdre un trône assorti d’un pouvoir qui le terrifie car il sait qu’il le conduira inexorablement au crime.
Parlant de son travail Julie Recoing dit : « Il me fallait un espace scénique qui fasse appel et à la mythologie et à la modernité. Je suis partie de l’histoire même de cette famille. Phèdre est reine, elle vit dans un palais qui devient le labyrinthe de ses passions. Le labyrinthe est donc l’élément constitutif de la scénographie. Cet espace, composé de pots dorés qui se décline à la façon des colonnes de Buren et extrêmement architecturé au début de la tragédie, se fissurera jusqu’à devenir un véritable champ de bataille. »
Formée au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique dans les classes de Jacques Lassalle, Daniel Mesguich et Philippe Adrien, Julie Recoing a joué sous les directions de Brigitte Jaques (Don Juan de Molière), Paul Devaux (L’éveil du Printemps), Lucas Hemleb (Visions de Dante), Jean-Louis Martinelli (Andromaque et Schweyk) ou Olivier Balazuc (Le chapeau de paille d’Italie). Elle a également mis en scène Elektra en 1999 et en 2005 Les commensaux d’Olivier Balazuc.
Sénèque, né en 4 av J.C à Cordoue, fait à Rome des études qui le forment à la rhétorique. Ses premiers écrits sont des ouvrages d’histoire naturelle. Exilé en Corse en 49, il commence à écrire ses premières tragédies. De retour à Rome en 50, il devient le précepteur du jeune Néron dont il est chargé de renforcer la popularité. Lorsqu’à dix sept ans, Néron devient empereur, Sénèque est, avec Burrus, chargé de gérer les affaires politiques. Il est alors une des personnes les plus riches de l’Empire…Il meurt en 65. Francis Dubois

Théâtre Amandiers-Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)