Actualité théâtrale

La maison des métallos, établissement culturel de la ville de Paris, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 29 juin 2013

"Phèdre le matin" Conception Marie Piemontese / Isabelle Lafon

Cette Phèdre-là est photographe. Elle est prise d’un désir interdit pour le fils d son époux. Son sentiment l’oblige à fuir les rayons du soleil.

Elle a la possibilité, aujourd’hui, de communiquer avec nous par le biais d’un réseau de transmission par ordinateurs.

Elle nous parle d’une chambre où elle s’est retranchée jusqu’à la prochaine tombée du jour.

On la voit parler d’ailleurs, son visage projeté sur un des murs de la salle où se trouve le public.

A quoi tient que cette "Installation-spectacle" enchante alors que la comédienne qui dit le texte est absente du lieu. Qu’on a d’elle que son image sur un mur, sur le vêtement d’un personnage, mi Hippolyte-mi régisseur, sur un autre mur via un miroir qui joue avec son image.

Une violoncelliste intervient ponctuellement et égrène une musique de sa composition. La lumière du jour filtre par les fenêtres.

Est-ce l’heure inhabituelle et si matinale (10h) qui, provoquant une sorte d’engourdissement, plonge le spectateur dans une autre forme de perception ? une autre disponibilité ?

Cette " Phèdre le matin" vaut qu’on fasse un détour par ce lieu qui ne manque pas non plus de charme," La Maison des métallos".

A noter que ce spectacle était initialement programmé au Théâtre Paris-Villette dont le calendrier a été stoppé en plein milieu d’année.

Raison de plus !

Francis Dubois

La Maison des métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud , Paris 11ème

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 47 00 25 20

reservation@maisondesmetallos.org

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)