US 787 du 20 avril 2019

Philosophie : Programmes à haut risque

Le CSP a consulté les organisations syndicales et les associations professionnelles sur les projets de programmes. De nombreuses questions restent en suspens.

Depuis le 20 mars, les projets de programmes élaborés par le groupe d’experts ont suscité de nombreuses réactions, dont celle du SNES-FSU adressée au Conseil supérieur des programmes (CSP). Si à la demande du SNES-FSU notamment, l’on peut s’attendre à la réintroduction de notions comme le travail ou ­l’inconscient, la nouvelle structure en quatre champs (dont la métaphysique) risque de s’imposer jusqu’aux séries technologiques. Pour plus de détails, voir le site du SNES-FSU, rubrique philosophie/ actualités.

Si chaque nouveau programme est un compromis, s’ajoute à la question de son contenu, celle de son architecture. Et là encore, on est loin du consensus, y compris chez nos interlocuteurs... Faut-il privilégier une simple liste de notions élémentaires (favorable à la plus grande liberté philosophique de l’enseignant) ou au contraire, multiplier les occasions de déterminer davantage le programme (en couplant certaines notions, en les subordonnant à des champs de réflexions, en les associant à des repères lexicaux…) afin de clarifier sa relation avec les sujets d’examen ?

Concertation ou bras de fer ?

Le contexte actuel est beaucoup plus tendu que celui du début des années 2000. Le nombre d’élèves – et donc de copies – a augmenté, les dédoublements indispensables à la survie de cette discipline en séries technologiques, disparaissent du lycée Blanquer. Si l’institution n’est pas capable de proposer une véritable consultation de la profession, tant sur les programmes que sur les épreuves des séries technologiques, s’il reste sourd à cette colère qui couve, alors le printemps sera chaud !

Le SNES-FSU consultera la profession en mai.

Jean-François Dejours

Autres articles de la rubrique US 787 du 20 avril 2019