Sciences-Physiques au collège : après la réforme...

Physique-chimie au collège : modifications de programmes à venir ?

Le 20 juin dernier, le ministre de l’Éducation nationale a saisi le Conseil supérieur des programmes (CSP) afin de renforcer « les éléments ayant trait au changement climatique, au développement durable et à la biodiversité dans les programmes d’enseignement de l’école et du collège ».
Le 4 décembre 2019, le CSP a remis ses propositions au ministre.

Quel programme de sciences-physiques à ce jour ?

Ce qui caractérisait les derniers programmes de collège de sciences-physiques était le flou de leurs attendus et une liberté de choix dans les exemples de transformations chimiques à traiter par exemple.

Les combustions étudiées dans le programme précédent n’étaient plus expressément citées. Les auteurs de manuels scolaires ont fait œuvre d’imagination pour proposer d’autres transformations chimiques, dépouillant leurs livres de bien des aspects documentaires sur les combustions. Les collègues ont pour certains fait usage de leur liberté pédagogique mais ont constaté que les auteurs de sujet de DNB estimaient que les combustions et les gaz à effet de serre faisaient encore implicitement partie du programme.

En outre, en 2018, le CSP s’était auto-saisi et avait formulé des précisions pour les programmes de collège en physique-chimie. Les combustions y faisaient leur grand retour. Cependant, comme le CSP ne répondait pas à une commande ministérielle (contrairement aux programmes de français et de mathématiques), ces propositions sont restées lettres mortes et n’ont jamais été présentées au Conseil supérieur de l’éducation (CSE).

Le programme officiel de physique-chimie reste donc celui de la réforme du collège. Il restait intéressant de l’éclairer de certaines proposition du CSP pour le mettre en œuvre mais sans obligation.

Les nouvelles propositions du CSP :

En toute logique, le CSP est reparti de ses propositions de 2018 en ce qui concerne les sciences-physiques. Le thème des combustions lui semble incontournable afin d’aborder les notions de gaz à effet de serre et de transferts énergétiques.

L’acidification des océans par le dioxyde de carbone viendrait illustrer la notion de pH. Si l’illustration est passionnante, le couple acido-basique dioxyde de carbone/ion hydrogénocarbonate n’est pas le plus simple à manier. Les enseignants lui préfèrent en général des acides forts en collège.

Tout l’intérêt de ces sujets est de créer des débats et de montrer la différence entre une opinion et un fait scientifiques prouvés. Le bilan radiatif de la planète n’était pas forcément étudié et tout comme l’effet de serre, le réchauffement climatique et les bilans carbone, tout cela demande de passer du temps sur ces sujets. Les propositions du CSP sont intéressantes mais les programmes sont actuellement trop denses et tout ajout devrait être accompagné de la suppression d’autres notions afin de l’équilibrer.

Autres articles de la rubrique Sciences-Physiques au collège : après la réforme...