Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Denys Granier-Deferre (France)

"Pièce montée" Sortie en salles le 10 mars

Pourquoi Madeleine, la grand’mère, a-t-elle tant insisté pour que le mariage de sa petite fille Bérangère soit célébré dans une église à la campagne ? Est-ce seulement pour respecter les traditions bourgeoises de la famille ?
Les jeunes mariés sont charmants et même si les parents de Vincent ne sont pas tout à fait assortis à ceux de Bérangère et si de petits tracas d’organisation ou l’humeur maussade de certains convives contrarient ici et là un parfait déroulement de la fête, les règles sont respectées pour l’essentiel… Mais les apparences sont une chose et l’histoire profonde de chacun en est une autre.
"Pièce montée" a le charme des comédies légères d’autrefois. On y croise une foule de personnages bien déterminés à ne montrer d’eux que l’apparence flatteuse qui convient et la réussite du film de Denys Granier-Deferre réside à la fois dans la façon qu’il a de brider des situations qui se prêtaient à la grosse charge comique ou émotive et à s’être entouré de comédiens venant d’horizons différents mais tous parfaits et qui donnent, chacun dans son registre, à son personnage une épaisseur, un tracé qui renvoient au cinéma des années cinquante quand les acteurs voués aux seconds rôles avaient une vraie partition à défendre.
Aurore Clément en mère défenseur des apparences est parfaite d’autorité et d’élégance. Dominique Lavanant campe dans une tonalité inférieure, la vulgarité contenue. Et Julie Depardieu nous donne une célibataire à l’accoutrement ingrat qui a appris à se contenter de l’amusement qu’elle suscitera toujours chez les autres. On peut les citer tous, Léa Drucker au bout du rouleau conjugal, Julie Gayet en organisatrice née, Hélène Filières en lesbienne carnassière.
L’épisode des retrouvailles de Madeleine avec Victor qui s’étaient interdit, des décennies plus tôt un bonheur légitime, était sans doute le plus difficile à conduire. Denys Granier-Deferre le traite de façon frontale. Il est épaulé dans sa démarche narrative risquée jusqu’à l’extrême, par un Jean-Pierre Marielle taciturne et enflammé et une Danielle Darrieux aux audaces de jeune première amoureuse. Les partitions de chacun sont contrastées et complémentaires.
"Pièce montée" est un film qui amuse, qui émeut et nous livre, avec les retrouvailles des vieux amants et le voile levé sur la reconsidération de tout un pan de la descendance familiale, une sorte de conte de fée moderne, léger en tous cas, jamais vulgaire.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)