Actualité théâtrale

À partir du 19 janvier au Théâtre La Bruyère

« Piège mortel »

Sydney Brown est un auteur qui a écrit, entre autres, une pièce policière qui a connu un très grand succès. Alors qu’il se trouve en panne d’inspiration dans son joli cottage, voici qu’il reçoit le manuscrit d’un jeune homme qui fut son étudiant dans le cours d’écriture qu’il donnait à l’Université. Il sent que ce sera un immense succès, celui après lequel il court en vain désormais et, surprise inespérée, ce jeune homme souhaite venir le voir pour qu’il soit son premier lecteur. Il se demande comment s’approprier ce manuscrit ? Chercher à en être coauteur ainsi que le suggère sa femme ou pourquoi pas le tuer purement et simplement ?

Adaptée par Gérald Sibleyras d’une pièce de Ira Levin, l’auteur du célèbre Rosemary’s baby, constamment jouée depuis son écriture 1978, la pièce fourmille de rebondissements. Il y a du suspense, des surprises, du rire et de l’humour noir selon les codes du genre.

Théâtre : Piège mortel

Le metteur en scène Éric Métayer, habitué des Molières aussi bien en tant qu’acteur que metteur en scène, a situé l’action dans un petit cottage anglais où seul le bureau, pièce maîtresse du mobilier d’un écrivain, changera au cours de l’avancée de la pièce. Les quatre acteurs sont à la fois intrigants et drôles. Nicolas Briançon donne à Sydney Brown le visage d’un auteur exaspéré par la fuite de l’inspiration, qui ne veut perdre ni sa notoriété ni l’aisance matérielle qu’elle lui procure, cynique, machiavélique, cherchant à avoir toujours un coup d’avance. Face à lui Cyril Garnier est le jeune auteur Clifford. Naïf ou roué, c’est à voir, Sydney n’en fera-t-il qu’une bouchée ? Virginie Lemoine fait de Myra, la femme de Sydney, une femme prête à quelques entorses avec la morale (mais pas trop !), qui glisse de son personnage de gentille tricoteuse à celui d’une femme apeurée dans son coin quand elle n’est plus à la hauteur du jeu. Enfin Marie Vincent apporte à la pièce une note déjantée avec son personnage de voyante à l’accent impossible, voyante extra-lucide mais pas complètement !

On prend beaucoup de plaisir à ce duel entre menteurs « atteints de la maladie du polar » où chacun cherche à tromper l’autre, au ping-pong des dialogues et aux situations qui se retournent à plaisir.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 15h30

Théâtre La Bruyère

5 rue La Bruyère, 75009 Paris

Réservations : 01 48 74 76 99

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)