Actualité théâtrale

À partir du 19 janvier au Théâtre La Bruyère

« Piège mortel »

Sydney Brown est un auteur qui a écrit, entre autres, une pièce policière qui a connu un très grand succès. Alors qu’il se trouve en panne d’inspiration dans son joli cottage, voici qu’il reçoit le manuscrit d’un jeune homme qui fut son étudiant dans le cours d’écriture qu’il donnait à l’Université. Il sent que ce sera un immense succès, celui après lequel il court en vain désormais et, surprise inespérée, ce jeune homme souhaite venir le voir pour qu’il soit son premier lecteur. Il se demande comment s’approprier ce manuscrit ? Chercher à en être coauteur ainsi que le suggère sa femme ou pourquoi pas le tuer purement et simplement ?

Adaptée par Gérald Sibleyras d’une pièce de Ira Levin, l’auteur du célèbre Rosemary’s baby, constamment jouée depuis son écriture 1978, la pièce fourmille de rebondissements. Il y a du suspense, des surprises, du rire et de l’humour noir selon les codes du genre.

Théâtre : Piège mortel

Le metteur en scène Éric Métayer, habitué des Molières aussi bien en tant qu’acteur que metteur en scène, a situé l’action dans un petit cottage anglais où seul le bureau, pièce maîtresse du mobilier d’un écrivain, changera au cours de l’avancée de la pièce. Les quatre acteurs sont à la fois intrigants et drôles. Nicolas Briançon donne à Sydney Brown le visage d’un auteur exaspéré par la fuite de l’inspiration, qui ne veut perdre ni sa notoriété ni l’aisance matérielle qu’elle lui procure, cynique, machiavélique, cherchant à avoir toujours un coup d’avance. Face à lui Cyril Garnier est le jeune auteur Clifford. Naïf ou roué, c’est à voir, Sydney n’en fera-t-il qu’une bouchée ? Virginie Lemoine fait de Myra, la femme de Sydney, une femme prête à quelques entorses avec la morale (mais pas trop !), qui glisse de son personnage de gentille tricoteuse à celui d’une femme apeurée dans son coin quand elle n’est plus à la hauteur du jeu. Enfin Marie Vincent apporte à la pièce une note déjantée avec son personnage de voyante à l’accent impossible, voyante extra-lucide mais pas complètement !

On prend beaucoup de plaisir à ce duel entre menteurs « atteints de la maladie du polar » où chacun cherche à tromper l’autre, au ping-pong des dialogues et aux situations qui se retournent à plaisir.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 15h30

Théâtre La Bruyère

5 rue La Bruyère, 75009 Paris

Réservations : 01 48 74 76 99

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)