Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 novembre au Théâtre Michel

« Piège pour Cendrillon »

Adaptation d’un polar glamour et vénéneux écrit par le romancier Sébastien Japrisot dans les années 60, la pièce mêle avec une habileté diabolique intrigue policière et histoire passionnelle.

Une jeune fille se réveille dans un hôpital. Elle a perdu la mémoire et on lui a greffé un nouveau visage à la suite de l’incendie où elle a failli mourir. Elle est promise à la fortune car héritière d’une tante richissime. Une gouvernante la prend en charge mais ne cesse d’éluder les réponses aux questions qu’elle se pose et celles de l’avocat qui était son amant ne l’éclairent pas. Elle ne peut avancer qu’à travers les souvenirs qu’on veut bien lui confier. Elle se souvient toutefois qu’elles étaient deux dans la villa la nuit de l’incendie. Qui est morte cette nuit là, elle ou son amie ? Et qui étaient-elles l’une et l’autre ?

Sébastien Azzopardi, souvent nominé aux Molières a mis en scène une adaptation de ce roman, signée Aïda Asgharzadeh, resserrée autour des quatre personnages principaux. Avec ses successions de flash back il nous entraîne dans un univers très cinématographique, avec coiffures, maquillages et costumes typiques des années soixante. On oscille entre le Hitchcock de Vertigo et Mulholland Drive de David Lynch. Comme dans Mulholland Drive, une des amies est blonde et l’autre brune. Comme dans les deux films le trouble sur l’identité et les manipulations successives plongent le spectateur dans un abîme de perplexité, d’autant plus que les deux amies intervertissent leur rôle et leur caractère au rythme des révélations successives. Les éclairages, qui soulignent l’une ou l’autre des amies, Micky et Domenica, qui font passer sans effort du présent au passé, le bruit et la couleur du feu, la musique, tout concourt à enfermer le spectateur dans une ambiance de thriller délétère. La blonde Alyzée Costes et la brune Nassima Benchichou portent le glamour toxique de Mi et Do. Elles évoquent les grandes héroïnes des films noirs américains, aussi vénéneuses l’une que l’autre. Aurélie Boquien est la gouvernante toute dévouée de Micky et David Talbot le médecin puis l’avocat de Micky.

Théâtre : piège pour Cendrillon

Dans ce jeu de dupes où la manipulation est reine le spectateur pense d’abord avoir tout compris puis change de point de vue pour mieux se perdre et se retrouver enfin ... et c’est délicieux !

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 18h

Théâtre Michel

38 rue des Mathurins, 75008 Paris

Réservations : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)