US 786 du 9 mars 2019

Pierre Mathiot, florilège !

Pierre Mathiot, « inspirateur » des réformes du lycée et du baccalauréat, assure le service après-vente depuis le début de l’année scolaire. Morceaux choisis ci-dessous.

Un moment de lucidité ?…
Dans La Voix du Nord, le 2/09/18, P. Mathiot affiche une position en partie critique. Sur Parcoursup, « il y a eu des carences. Les élèves qui sont affectés tardivement vont arriver dans leur cursus dans de mauvaises conditions » ; sur les choix de spécialités, il n’y a « aucune garantie que demain [la triplette scientifique] ne se superpose pas à la filière S » ; sur l’oral de Terminale, il « n’est acceptable que s’il y a une vraie préparation en amont […] sinon ce sera du tir aux pigeons ».

À la soupe !
Depuis cet hiver, P. Mathiot a mis ses critiques en sourdine, et s’est retransformé en VRP des décisions ministérielles. On apprend entre autres, dans Libération le 4/02/19, que grâce à la marge locale, la réforme devrait permettre « qu’enfin les acteurs du lycée discutent entre eux de la meilleure manière de s’organiser » (gérer la pénurie dans la concurrence, quel bonheur !) ; et aussi que les 54 heures affichées pour l’orientation sont « presque l’enjeu majeur de la réforme » (dommage que ce ne soit qu’un affichage non financé !).

Pauvre rhétorique
Dans un long article - assez confus – sur le site AOC (aoc.media), en date du 27/02/19. P. Mathiot développe longuement la rhétorique néolibérale la plus banale : ceux qui critiquent la réforme sont des partisans du statu quo... parce que bien sûr, une réforme est forcément bonne en elle-même, par principe, par le simple fait qu’elle « réforme ». Quant au fond des critiques, le principal contre-argument de P. Mathiot consiste à dire que le système actuel n’est pas satisfaisant, et/ou comporte déjà des éléments qui sont reprochés à la réforme.

Autres articles de la rubrique US 786 du 9 mars 2019

  • Lycée Blanquer : Campagne d’intox tous azimuts
    Depuis un an, le SNES-FSU alerte sur les effets catastrophiques des réformes du lycée et du bac. Le ministre ne répond aux alertes que par une communication mensongère. Halte à l’intox ! Le... Lire la suite (13 mars)
  • Parcoursup : Les masques de la discrimination
    Aux dires du ministère de l’Enseignement supérieur, les derniers ajustements de la plateforme s’inscriraient dans la nécessité de traiter les dossiers de façon plus égalitaire. Qu’en est-il en réalité ?... Lire la suite (13 mars)
  • Choses lues…
    • « La réforme Blanquer relance la concurrence entre les disciplines : répartition des heures, choix des cours enseignés en demi-groupe, maintien des postes dans les disciplines les moins demandées :... Lire la suite (13 mars)
  • Arts au lycée : la mobilisation s’amplifie
    La réforme du lycée met à mal les enseignements artistiques. Avec la suppression des séries, le ministère affiche l’extension de la spécialité Arts à tous les élèves, faisant miroiter des parcours «... Lire la suite (13 mars)