Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marie-Dominique Dhelsing (France)

"Pierre Rabhi, au nom de la terre" Sortie en salles le 27 mars 2013

L’agro-écologie a pour objectif une relation harmonieuse entre l’humain et la nature. Elle est à la fois une éthique de vie et une pratique agricole.

Adaptable à tous les biotopes, accessible à tous, elle présente :

- des avantages écologiques (fertilisation des sols, optimisation de l’usage de l’eau, respect et sauvegarde de la biodiversité et lutte contre la désertification et l’érosion),

- des avantages économiques (alternative peu coûteuse, relocalisation de l’économie par l’usage des ressources locales),

- des avantages sociaux et sanitaires (production de produits de qualité, autonomie alimentaire, stabilisation des populations sur leurs terres, revalorisation de la place des paysans dans les sociétés).

Pierre Rabhi est un pionnier de l’agro-écologie en France. Paysan, écrivain et penseur, il naît en Algérie en 1938.

A 20 ans, ouvrier spécialisé dans une entreprise de fabrication de machines agricoles, il prépare un brevet d’apprentissage agricole et découvre à cette occasion un enseignement de l’agriculture fondé sur la chimie de synthèse. La lecture de "La fécondité de la terre" de Pfeiffer, livre fondé sur les travaux de l’agriculture biodynamique dont Rudoff Steiner est le fondateur l’amène à s’installer en basse Ardèche. Sa pratique de l’agriculture biologique commence à faire parler de lui à l’échelon local.

Le Directeur du Centre de relations internationales entre Agriculteurs pour le Développement l’invite à présenter son travail. Il intègre alors cette organisation dédiée à l’entraide et la solidarité entre paysans du monde entier..

Après ses nombreux séjours dans les pays arides d’Afrique et dans des pays d’Europe intéressés pas ses méthodes et son savoir-faire, l’ONU reconnaît Pierre Rabhi. Elle le nomme expert en sécurité et salubrité alimentaire et lui demande d’élaborer une convention contre la désertification.

Pierre Rabhi ne paie pas de mine. Il se présente comme un petit homme modeste dont la douceur apparente n’a d’égal que sa détermination à éveiller les consciences pour construire un nouveau modèle de société qui se substituerait à la surconsommation et au mal être des civilisations contemporaines.

Le film de Marie-Dominique Dhelsing retrace l’itinéraire d’un sage qui, depuis le désert algérien où il est né jusqu’à l’élaboration de ses travaux d’expertise internationale en sécurité alimentaire, a su s’imposer et convaincre.

L’histoire d’un homme et de sa capacité hors du commun à penser et à agir en fédérant ce que l’humanité a de meilleur afin de préserver notre planète des souffrances que le souci du profit et la surenchère économique lui infligent.

Le personnage est atypique et attachant. Il séduit par sa modestie et sa discrète mais forte ténacité. Le film met ce sage contemporain en bonne place.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)