Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marie-Dominique Dhelsing (France)

"Pierre Rabhi, au nom de la terre" Sortie en salles le 27 mars 2013

L’agro-écologie a pour objectif une relation harmonieuse entre l’humain et la nature. Elle est à la fois une éthique de vie et une pratique agricole.

Adaptable à tous les biotopes, accessible à tous, elle présente :

- des avantages écologiques (fertilisation des sols, optimisation de l’usage de l’eau, respect et sauvegarde de la biodiversité et lutte contre la désertification et l’érosion),

- des avantages économiques (alternative peu coûteuse, relocalisation de l’économie par l’usage des ressources locales),

- des avantages sociaux et sanitaires (production de produits de qualité, autonomie alimentaire, stabilisation des populations sur leurs terres, revalorisation de la place des paysans dans les sociétés).

Pierre Rabhi est un pionnier de l’agro-écologie en France. Paysan, écrivain et penseur, il naît en Algérie en 1938.

A 20 ans, ouvrier spécialisé dans une entreprise de fabrication de machines agricoles, il prépare un brevet d’apprentissage agricole et découvre à cette occasion un enseignement de l’agriculture fondé sur la chimie de synthèse. La lecture de "La fécondité de la terre" de Pfeiffer, livre fondé sur les travaux de l’agriculture biodynamique dont Rudoff Steiner est le fondateur l’amène à s’installer en basse Ardèche. Sa pratique de l’agriculture biologique commence à faire parler de lui à l’échelon local.

Le Directeur du Centre de relations internationales entre Agriculteurs pour le Développement l’invite à présenter son travail. Il intègre alors cette organisation dédiée à l’entraide et la solidarité entre paysans du monde entier..

Après ses nombreux séjours dans les pays arides d’Afrique et dans des pays d’Europe intéressés pas ses méthodes et son savoir-faire, l’ONU reconnaît Pierre Rabhi. Elle le nomme expert en sécurité et salubrité alimentaire et lui demande d’élaborer une convention contre la désertification.

Pierre Rabhi ne paie pas de mine. Il se présente comme un petit homme modeste dont la douceur apparente n’a d’égal que sa détermination à éveiller les consciences pour construire un nouveau modèle de société qui se substituerait à la surconsommation et au mal être des civilisations contemporaines.

Le film de Marie-Dominique Dhelsing retrace l’itinéraire d’un sage qui, depuis le désert algérien où il est né jusqu’à l’élaboration de ses travaux d’expertise internationale en sécurité alimentaire, a su s’imposer et convaincre.

L’histoire d’un homme et de sa capacité hors du commun à penser et à agir en fédérant ce que l’humanité a de meilleur afin de préserver notre planète des souffrances que le souci du profit et la surenchère économique lui infligent.

Le personnage est atypique et attachant. Il séduit par sa modestie et sa discrète mais forte ténacité. Le film met ce sage contemporain en bonne place.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les enfants d’Isadora »
    A la suite de la disparition de ses deux jeunes enfants par noyade, Isadora Duncan, danseuse mythique qui devait elle aussi connaître une fin tragique, a composé un solo d’adieu intitulé « La mère... Lire la suite (19 novembre)
  • « Terminus Sud »
    Dans un pays en plein chaos plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé où chaque partie rivalise d’actes de violence, un médecin tente de continuer à accomplir sa mission de soignant sans... Lire la suite (18 novembre)
  • « Vivre et chanter »
    Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel de Sichuan composée d’hommes et de femmes qui vivent et travaillent ensemble depuis dix années dans la banlieue de Chengdu. Lorsqu’elle reçoit un... Lire la suite (18 novembre)
  • « Les éblouis »
    Camille est une jeune adolescente et l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. Elle est passionnée de cirque, un art qu’elle apprend à pratiquer, mais le jour où ses parents intègrent une communauté... Lire la suite (17 novembre)
  • « Temporada »
    Pour prendre un poste d’employée au service municipal de l’hygiène, Juliana quitte les quartiers du centre ville d’Irauna où elle vivait avec son mari pour la métropole de Contaguem, au Brésil. Elle... Lire la suite (17 novembre)