Actualité théâtrale

au Théâtre du Lucernaire, jusqu’au 8 juin

« Pierre et Jean » d’après Maupassant

Le roman de Guy de Maupassant nous emmène dans une famille bourgeoise installée au Havre. Le père, Monsieur Roland, ancien bijoutier parisien, peut désormais s’adonner à la pêche, la mère tient la maison, les deux fils ont terminé leurs études. Pierre va s’installer comme médecin et Jean comme avocat, quand survient l’annonce que Jean hérite d’une importante somme d’argent que lui lègue un ami parisien de la famille, tandis que Pierre n’a rien. Cette nouvelle va bouleverser la vie tranquille de la famille en révélant des secrets et en faisant éclater la rivalité des deux frères.

Comment en une heure dix garder l’ambiance d’un roman truffé de descriptions et d’introspection ? Vica Zagreba, dont on a pu apprécier récemment la mise en scène du Dindon au théâtre 13, a choisi de le faire par une succession de tableaux séparés par le noir, comme dans des séquences de cinéma. Quand la pièce commence, nous sommes sur un bateau en compagnie de toute la famille et de la jeune veuve Madame Rosemilly, dont Jean est amoureux. Avec un vague mât, une ombrelle, un bâton en guise de canne à pêche et les mouvements des acteurs, nous sommes sur un petit bateau de pêche avec la famille, et les caractères sont déjà esquissés avec légèreté. Un vaisselier, un fauteuil, un hublot vont ensuite suffire à nous accompagner d’un lieu à un autre. L’adaptation fait alterner des scènes dialoguées et des transitions rapides. Un narrateur intervient entre les scènes pour faire avancer la narration. Les éclairages de Jérémy Riou apportent beaucoup de force aux séquences introspectives. Le visage de Pierre émergeant de la pénombre souligne sa colère, ses soupçons et son tempérament de plus en plus sombre.
L’équipe de comédiens sert bien l’histoire. Vahid Abay épouse la naïveté, l’aveuglement, la bêtise bourgeoise satisfaite de Monsieur Roland, un portrait dont Maupassant était friand dans ses romans. Franka Hoareau donne toute sa complexité au personnage de la mère. Régis Bocquet est le blond Jean, qui accepte avec simplicité sa bonne fortune, tandis que Nicolas Martzel est Pierre le frère tourmenté et amer. Sébastien Rajon est le narrateur. Il faut le voir se glisser discrètement sur la scène pour faire avancer la narration.
Avec cette mise en scène sobre et fidèle, Vica Zagreba nous offre une belle occasion de revenir à Maupassant.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Dans le cadre de la programmation de Pierre et Jean, la Compagnie Guépard échappée propose aussi, au Lucernaire, six soirées différentes de contes et nouvelles de Guy de Maupassant les 25,26,27 avril à 21h30, le 28 avril à 17h et les 2 et 4 mai à 21h30.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)