Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michael Tully (États-Unis)

"Ping Pong Summer" Sortie en salles le 16 juillet 2014.

L’été 1985, Radford Miracle et sa famille partent en vacances à Ocean City, Maryland.

Jeune adolescent peu sûr de lui et plutôt solitaire, Rad est un passionné de ping-pong et de hip-hop, deux activités où il n’excelle pourtant pas.

Stacy Summers, une adolescente qui ne passe pas inaperçue, va vite devenir pour lui le flirt d’été inaccessible.

Pourtant pour ce piètre danseur, ce sportif médiocre, ce maladroit dragueur, ces vacances 1985 seront celles où il finira par gagner son surnom de Radical Miracle.

Pendant vingt années, Michael Tully aura porté ce projet, réécrivant chaque année une nouvelle mouture du scénario.

Il voulait revenir sur ses années d’adolescence, travailler sur ses propres souvenirs et restituer de façon précise, les caractéristiques de l’année 1985, la mode, les mentalités...

Il s’y est effectivement beaucoup appliqué mais la reconstitution de l’époque est à ce point fidèle qu’elle donne au film une patine vieillotte qui fait tout son charme, à la condition qu’on accepte le parti-pris d’un support narratif sans surprises.

Humilié par son rival au ping-pong, Rad caresse l’espoir de devenir assez performant dans ce domaine pour s’opposer à lui et emporter, du même coup, la préférence amoureuse de Stracy.

Ce qui devait arriver ne manque pas d’arriver mais avant l’heureuse issue, on sera passé par des situations attendues, parfois drôles et on aura côtoyé des personnages prévisibles interprétés par des comédiens qui ne comptent pas leur peine à surjouer.

Or, c’est cette accumulation de poncifs qui finit par jouer en faveur du film et remplir son contrat : capter le regard innocent d’un garçon de treize ans en 1985.

Et c’est sans doute le dosage réussi entre le côté marrant de la comédie eighties opposé à un vrai et profond désarroi, qui donne au film ses accents de sincérité.

"Ping Pong S ummer" est un "teenage movie" avec des allures de conte de fée. Le film mêle le récit initiatique et un fantastique léger avec l’apparition du personnage du mentor, interprété ici par une femme ( Susan Sarandon) qui aurait troqué sa baguette magique contre un énorme poisson !

La musique abonde dans le sens de la reconstitution ainsi que la photographie qui fait que le film ressemble à une production de la BBC des années 80

Francis Dubois .

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)
  • « Mariana »
    Mariana, la quarantaine passée, issue de la haute bourgeoisie chilienne, a d’abord cédé aux influences de son père et plus tard à celles de son mari. Elle se réveille de sa soumission dès lors qu’elle... Lire la suite (11 décembre)
  • « Les bienheureux »
    L’Algérie, quelques années après la guerre civile. Amad et Samir, lui est médecin, elle est universitaire, ont décidé de fêter leur anniversaire de mariage au restaurant. Pendant le trajet en voiture... Lire la suite (11 décembre)