US Magazine 775 du 23 décembre 2017

Plan étudiants, l’épreuve du réel

Le projet de loi relatif à « l’orientation et à la réussite des étudiants » n’est toujours pas voté mais le plan étudiants qui en découle est d’ores et déjà mis en œuvre. Adopté par les députés en décembre, il sera soumis aux sénateurs fin février.

La boîte de Pandore de la sélection est ouverte et certains rivalisent d’imagination pour multiplier les obstacles à ­l’entrée de l’Université : stages linguistiques, certification Cambridge, lettres de recommandation, de motivation, engagements divers et variés au sein d’associations, engagements sportifs, BAFA, validation de MOOC... Les attendus se transforment en obstacles parfois infranchissables pour le commun des bacheliers.

Signaux d’alerte

Au final, beaucoup de lycéens risquent de se trouver sans proposition après de longues semaines d’attente. La commission d’accès à l’enseignement supérieur, présidée par le recteur de Région, aura pour mission de proposer des formations en fonction du profil des candidats et dans un périmètre géographique élargi. On peut parier que les bacheliers les plus socialement défavorisés seront bien en difficulté pour accepter des affectations à la fois tardives, hors vœux et lointaines. Les ministères pourront toujours se targuer du fait que « tous les bacheliers qui le souhaitent » sont affectés mais ce ne sera pas forcément dans la formation souhaitée et probablement au prix de nombreuses défections.

Mobilisation dans les universités

Dans les universités, la mission relève de l’impossible ; localement, les désaccords sont nombreux. Les motions émanant de différentes universités se multiplient en dénonçant l’arbitraire et la bureaucratisation de la procédure, et les personnels refusent de remonter les attendus théoriquement exigibles au 17 janvier. Des tribunes de presse relaient ce mouvement comme celle intitulée « pas nés sous la même étoile... » signée par des universitaires dans Libération  ; l’ASES, association des sociologues enseignants du supérieur, a lancé une pétition « la sélection n’est pas la solution », que le SNES-FSU appelle à signer.

Vigilance en lycée

Les enseignants de lycée risquent de devenir malgré eux les artisans de cet écrémage via les conseils de classe du second trimestre et les avis portés sur la fiche avenir. Engagement, motivation, capacité à réussir dans chacune des formations demandées, l’évaluation du dossier de candidature valorise l’extrascolaire et surtout se veut prédictif sur le devenir de l’élève. Le SNES-FSU appelle à ne pas barrer l’accès aux filières auparavant non sélectives de l’enseignement supérieur.

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US Magazine 775 du 23 décembre 2017

  • Le bac éparpillé façon puzzle
    Reçu en audience par P. Mathiot le 17 janvier sur le baccalauréat et le lycée, le SNES-FSU s’inquiète des objectifs poursuivis. Les élèves devraient construire en partie leur parcours sur la base de... Lire la suite (6 février)
  • 1er février : mobilisation dans les lycées et l’enseignement supérieur
    La FSU, FO, la CGT, SUD-Éducation, l’Unef, le SGL, l’UNL et l’UNL-SD ont publié une tribune commune exigeant l’arrêt de la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur, appliquée avant même son adoption... Lire la suite (6 février)
  • Parcoursup, la machine à trier
    La nouvelle plate-forme d’affectation post-bac doit permettre aux élèves de saisir leurs vœux dès le 22 janvier. Elle affiche d’emblée des caractéristiques à la fois bureaucratiques, dissuasives et... Lire la suite (6 février)
  • Incontournable en SVT : l’APBG
    L’Association des professeurs de biologie et géologie (APBG) tient une place centrale dans la communauté des enseignants de Sciences de la vie et de la Terre. Sous un nom délicieusement désuet se... Lire la suite (6 février)
  • Education : un conseil scientifique
    Le ministre de l’Éducation nationale a installé début janvier un conseil scientifique dirigé par le professeur de psychologie cognitive, spécialiste des neurosciences, Stanislas Dehaene. Quelle... Lire la suite (6 février)