Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 février au Théâtre de La Colline

« Platonov »

Tchekhov n’a pas vingt ans quand il écrit Platonov. On y trouve déjà tous les personnages et les thèmes qui irrigueront ses pièces : un monde en déclin où se meurt une aristocratie déchue et où montent des propriétaires fonciers avides d’argent, sous l’œil désabusé d’intellectuels qui regardent le temps passer, qui font le constat d’un avenir vide, un univers où les forces vives de la jeunesse s’épuisent dans l’oisiveté. Tout ce petit monde s’ennuie à la campagne, se noie dans des flots d’alcool en répétant « Que sommes nous devenus », « je veux vivre », demain nous travaillerons » et tente de se raccrocher à l’amour qui lui aussi apparaît bien précaire et incertain.

Théâtre : Platonov

Le Collectif Les Possédés a adapté ce Platonov, à partir de la percutante traduction d’André Markowicz et Françoise Morvan. Ils ont réduit la pièce à 3h40, mais cela semble encore bien long. Dans un décor assez terne de chaises, tables et fauteuils avec une toile en fond de scène représentant une forêt de carte postale fanée (avec même une biche !), le désordre va peu à peu s’imposer. Dans la seconde partie le sol est jonché de papiers, les chaises sont renversées, Platonov est ivre, sans espoir, vaguement velléitaire, mais résigné. Rodolphe Dana, qui dirige le Collectif Les Possédés et incarne Platonov, met tant l’accent sur sa faiblesse, sa veulerie et son impuissance, que l’on comprend mal l’attirance qu’il exerce sur toutes les femmes qui gravitent autour de lui. Dans son jeu il escamote une partie de la complexité du personnage. La distribution est un peu inégale. Si David Clave campe un Nicolas Triletski sobre et sensible, Françoise Gazio surjoue, au bord de l’hystérie. On retiendra surtout Emmanuelle Devos, la Générale qui ne se résigne pas, refuse d’épouser un homme pour résoudre ses difficultés financières, bouscule les règles comme les pièces du jeu d’échec au début de la pièce, n’accepte pas le départ de Platonov et s’accroche pour ne pas sombrer dans la désespérance. Emmanuelle Devos devient flamboyante au fur et à mesure que la pièce avance. Elle est une magnifique Anna Petrovna et sauve ce Platonov.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h

Théâtre National de la Colline

15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)