Année 2016-2017

Plus mais pas mieux (Nancy-Metz)

En lycée, la rentrée est dominée par la question des effectifs. Dans notre académie, ce sont au minimum près de 1 500 élèves supplémentaires qui sont attendus pour cette rentrée. La pression démographique est encore amplifiée par la mise en place de mesures dont l’annonce précipitée ne s’accompagne d’aucune réflexion quant à la prise en compte de leurs conséquences.

Ainsi, l’obligation de proposer un passage en première à la fin de la 2nde GT amène à augmenter le nombre d’élèves orientés par défaut, notamment dans la voie technologique. De la même façon, les obligations d’assiduité pour les candidats recalés qui conservent certaines de leurs notes ne sont toujours pas fixées de manière claire.

Tous ces dispositifs nouveaux nuisent à l’organisation des enseignements comme à la réussite des élèves. Ce sont les personnels qui sont laissés en première ligne pour gérer les conséquences de décisions précipitées et peu réfléchies. Les effectifs des classes restent la principale difficulté. Alors que les classes à 35 sont devenues la norme, on voit apparaître de plus en plus de classes à 36. Le record ? Toutes les classes de Seconde du lycée de Stenay comptaient 37 élèves par classe à la rentrée !

Dernièrement, la ministre de l’Éducation nationale a proposé de rendre la scolarité obligatoire jusqu’à 1 8 ans. Élever le niveau général de qualification est nécessaire mais, pour réussir le défi de la démocratisation du lycée, il faudra remettre en chantier le lycée, créer des places supplémentaires et surtout prévoir des modalités d’accompagnement des élèves les plus en difficultés. Bref, il faudra faire avec des personnels plus nombreux et mieux considérés que maintenant.

Bruno HENRY
lycee@nancy.snes.edu

Autres articles de la rubrique Année 2016-2017