Actualité théâtrale

Jusqu’au 13 novembre au Studio Hébertot

« Pompon Voltaire »

Pompon, c’est le surnom qu’a donné Voltaire à sa bouillante maîtresse Émilie du Châtelet. Celle-ci a quitté son mari, qui ne s’y est pas opposé, pour aller vivre sa liaison avec Voltaire pendant quinze ans, dans son château de Cirey. C’est une joute intellectuelle, librement inspirée du Discours sur le bonheur d’Émilie du Châtelet que nous propose Yvan Varco. La pièce commence avec le renoncement du mari qui laisse place au couple le plus génial du début du 18ème siècle. Entre le philosophe célèbre qu’est Voltaire et sa maîtresse, une femme intelligente, brillante mathématicienne et physicienne (elle a popularisé les travaux de Leibniz en France et sa traduction de Newton fait encore référence) se joue le jeu du désir autant que s’épanouit le débat autour de cette idée neuve dans le siècle, le bonheur. Elle est ardente, hédoniste, aspire à une société où la femme aurait la même liberté de choix que l’homme, il est plus réservé tant sur le plan des sens que sur celui des idées. Mais tous deux pensent que le bonheur exige de garder un esprit libéré des préjugés et que c’est l’amour de l’étude qui contribue le plus au bonheur, surtout pour les femmes car les hommes ont une infinité de moyens d’être heureux !
Théâtre : Pompon Voltaire
Yvan Varco est Voltaire. Sans perruque, vêtu d’une robe d’intérieur élégante, il est à l’écoute d’une femme dont on sent qu’il l’admire. Face à lui, la tenue d’Anne Deleuze sanglée dans une redingote rouge et chaussée de bottes rouges, est féminisée par quelques dentelles qui rappellent que Madame du Châtelet avait eu une éducation rarement accordée aux filles à son époque, mais n’en aimait pas moins les bijoux et les dentelles. Si le texte apparaît parfois un peu répétitif, sur scène le duo fonctionne bien. Il est brillant, orgueilleux, gourmand un peu dépassé par la sensualité de sa compagne, mais se laisse adorer et moquer gentiment. Elle est sensuelle, impétueuse, se moque des convenances et sait parler avec intelligence et esprit de choses sérieuses, l’amour, le désir et son usure, le bonheur.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Studio Hébertot

78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris

Réservations : 01 42 93 13 04

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Un instant »
    Dans ce monument qu’est La recherche, il fallait choisir. Ce qu’a retenu Jean Bellorini ce n’est pas le Proust mondain mais ce qu’il écrit sur la mémoire, sur les souvenirs qui pâlissent mais que les... Lire la suite (19 novembre)
  • « Désobéir »
    Depuis 2014, Marie-José Malis, la directrice du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers confie à des artistes, metteurs en scène ou danseurs, la commande de partir à la rencontre des habitants de la ville... Lire la suite (18 novembre)
  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)