Nouvelles internationales

Pour l’enseignement public aux Etats-Unis

Les mobilisations citoyennes du 19 janvier, celles du 22 janvier avec la Marche des femmes à Washington comme dans d’autres grandes villes, démontrent que la résistance aux politiques impulsées par Trump s’organise.

Patricia Keefer, responsable des relations internationales de l’AFT, American Federation of Teachers (1,5 million d’adhérents du pré-primaire à l’enseignement supérieur incluant les infirmier (e)s et personnels de santé) répond aux questions du SNES-FSU.

SNES-FSU : Selon vous, quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confronté dans le secteur de l’éducation avec l’administration Trump ?

P. K. : Au cours de la campagne présidentielle et lors de la nomination des premiers membres du Cabinet, l’administration Trump a clairement indiqué qu’elle pourrait suivre les dogmes destructeurs du passé en renforçant le système de tests et en utilisant des fonds publics pour privatiser l’enseignement public, ce qui a relancé les guerres de l’éducation du passé. Après l’élection de Trump le 7 novembre, les gens dans les états et les juridictions locales ont voté de manière écrasante pour des candidats locaux et des mesures financières qui renforceront les établissements publics. L’AFT demande à l’administration Trump de suivre la volonté du peuple et de poursuivre sur la voie tracée par le Congrès l’année dernière lorsque ce dernier a adopté une législation soutenue par les deux partis politiques, ainsi que les deux syndicats l’AFT et la NEA (National Education Association) pour réformer le système éducatif national. Dans un récent discours au Club de la presse nationale de Washington, la Présidente de l’AFT, Randi Weingarten, a décrit les quatre piliers nécessaires à la réalisation d’une éducation publique de qualité : promouvoir le bien-être des enfants, améliorer les conditions d’apprentissage des élèves, renforcer les capacité d’intervention des enseignants et favoriser le travail en équipe.

SNES-FSU : Quel type de campagne organisez-vous pour défendre l’enseignement public ?

P. K. : La campagne de Donald Trump a profondément inquiété et inquiète encore beaucoup de gens que ce soit, les étudiants immigrés, la communauté LGBT, le mouvement syndical ou celles et ceux qui luttent pour une justice économique. Nous sommes en colère parce que la Secrétaire de l’éducation, Betsy DeVos, a pour projet de démanteler nos établissements publics. Le 19 janvier, premier jour d’action nationale, nous avons réuni les collègues dans des milliers d’écoles et des centaines de communautés à travers tout le pays avec un seul message à Donald Trump et Betsy DeVos. Nous défendons nos écoles de quartier et le principe d’établissements scolaires uniquement financés par des fonds publics.

SNES-FSU : Quelle est la particularité de l’AFT ?

P. K. : Nous syndiquons également des infirmières et des professionnels de la santé. En tant que deuxième syndicat d’infirmières, l’AFT s’est associée aux défenseurs des droits des patients pour lancer une campagne nationale de plaidoyer axée sur la refonte du système de santé aux États-Unis. En tant que professionnels de la santé, l’AFT a récemment lancé la campagne « les patients avant les bénéfices ». L’accent a été mis sur les moyens de sensibiliser à la question de l’évolution du paysage de la santé.

Autres articles de la rubrique Nouvelles internationales