Actualité théâtrale

à L’Atelier du Plateau

« Pourquoi je ne suis pas née en Finlande ? » Jusqu’au 29 janvier à l’Atelier du Plateau

Praline Gay-Para est libanaise. Elle a quitté le Liban en 1975 et s’est réfugiée à Paris. Elle a vécu la guerre de loin et de si près par les journaux et surtout le téléphone qui la reliait à sa famille, à ses amis et en particulier à Mariam, une voisine qu’elle avait choisie comme mère. Conteuse, auteure et comédienne, elle nous fait vivre, non pas la guerre, car comme elle le dit « pour ce faire il suffit d’allumer la télé », mais à son environnement, à ce que ressentent ceux qui sont loin et pourtant si concernés, à l’humour que déploient ceux qui y sont plongés et pour qui il est une occasion de fuir les drames par le rire.

© Adrien Offredo

Dans la petite salle de l’Atelier du Plateau, Praline Gay-Para entourée par deux rangs de spectateurs nous raconte ses histoires et un film se déroule devant nous, où la guerre obsède même ceux qui sont loin. Ce qui domine, c’est l’absurdité du conflit, les engrenages de la violence, et le sentiment de dérision qu’éprouvent parfois ceux qui s’y sont trouvés embarqués et se demandent ce qu’ils font là. Quand on regarde Praline Gay-Para, sa façon de rouler les R, de parler avec ses mains, de toucher l’espace comme elle nous toucherait si on était ailleurs, nous entraîne au Moyen-Orient. On n’est jamais dans le pathos ; la distance de l’humour, la volonté de garder le drame à distance, même si c’est difficile est toujours là.
La mise en scène sobre et surtout les éclairages subtils de Samuel Mary contribuent au plaisir que l’on prend à cette soirée.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
L’Atelier du Plateau
5 rue du Plateau, 75019 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 41 28 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)