Actualité théâtrale

à L’Atelier du Plateau

« Pourquoi je ne suis pas née en Finlande ? » Jusqu’au 29 janvier à l’Atelier du Plateau

Praline Gay-Para est libanaise. Elle a quitté le Liban en 1975 et s’est réfugiée à Paris. Elle a vécu la guerre de loin et de si près par les journaux et surtout le téléphone qui la reliait à sa famille, à ses amis et en particulier à Mariam, une voisine qu’elle avait choisie comme mère. Conteuse, auteure et comédienne, elle nous fait vivre, non pas la guerre, car comme elle le dit « pour ce faire il suffit d’allumer la télé », mais à son environnement, à ce que ressentent ceux qui sont loin et pourtant si concernés, à l’humour que déploient ceux qui y sont plongés et pour qui il est une occasion de fuir les drames par le rire.

© Adrien Offredo

Dans la petite salle de l’Atelier du Plateau, Praline Gay-Para entourée par deux rangs de spectateurs nous raconte ses histoires et un film se déroule devant nous, où la guerre obsède même ceux qui sont loin. Ce qui domine, c’est l’absurdité du conflit, les engrenages de la violence, et le sentiment de dérision qu’éprouvent parfois ceux qui s’y sont trouvés embarqués et se demandent ce qu’ils font là. Quand on regarde Praline Gay-Para, sa façon de rouler les R, de parler avec ses mains, de toucher l’espace comme elle nous toucherait si on était ailleurs, nous entraîne au Moyen-Orient. On n’est jamais dans le pathos ; la distance de l’humour, la volonté de garder le drame à distance, même si c’est difficile est toujours là.
La mise en scène sobre et surtout les éclairages subtils de Samuel Mary contribuent au plaisir que l’on prend à cette soirée.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
L’Atelier du Plateau
5 rue du Plateau, 75019 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 41 28 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)
  • Des reprises
    La fin de l’homme rouge Reprise à L’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris du 3 janvier au 3 février Réservations 01 46 06 11 90 Deux parties : Le temps du désenchantement et Dix... Lire la suite (5 décembre)