Actualité théâtrale

à L’Atelier du Plateau

« Pourquoi je ne suis pas née en Finlande ? » Jusqu’au 29 janvier à l’Atelier du Plateau

Praline Gay-Para est libanaise. Elle a quitté le Liban en 1975 et s’est réfugiée à Paris. Elle a vécu la guerre de loin et de si près par les journaux et surtout le téléphone qui la reliait à sa famille, à ses amis et en particulier à Mariam, une voisine qu’elle avait choisie comme mère. Conteuse, auteure et comédienne, elle nous fait vivre, non pas la guerre, car comme elle le dit « pour ce faire il suffit d’allumer la télé », mais à son environnement, à ce que ressentent ceux qui sont loin et pourtant si concernés, à l’humour que déploient ceux qui y sont plongés et pour qui il est une occasion de fuir les drames par le rire.

© Adrien Offredo

Dans la petite salle de l’Atelier du Plateau, Praline Gay-Para entourée par deux rangs de spectateurs nous raconte ses histoires et un film se déroule devant nous, où la guerre obsède même ceux qui sont loin. Ce qui domine, c’est l’absurdité du conflit, les engrenages de la violence, et le sentiment de dérision qu’éprouvent parfois ceux qui s’y sont trouvés embarqués et se demandent ce qu’ils font là. Quand on regarde Praline Gay-Para, sa façon de rouler les R, de parler avec ses mains, de toucher l’espace comme elle nous toucherait si on était ailleurs, nous entraîne au Moyen-Orient. On n’est jamais dans le pathos ; la distance de l’humour, la volonté de garder le drame à distance, même si c’est difficile est toujours là.
La mise en scène sobre et surtout les éclairages subtils de Samuel Mary contribuent au plaisir que l’on prend à cette soirée.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
L’Atelier du Plateau
5 rue du Plateau, 75019 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 41 28 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)