Actualité théâtrale

à L’Atelier du Plateau

« Pourquoi je ne suis pas née en Finlande ? » Jusqu’au 29 janvier à l’Atelier du Plateau

Praline Gay-Para est libanaise. Elle a quitté le Liban en 1975 et s’est réfugiée à Paris. Elle a vécu la guerre de loin et de si près par les journaux et surtout le téléphone qui la reliait à sa famille, à ses amis et en particulier à Mariam, une voisine qu’elle avait choisie comme mère. Conteuse, auteure et comédienne, elle nous fait vivre, non pas la guerre, car comme elle le dit « pour ce faire il suffit d’allumer la télé », mais à son environnement, à ce que ressentent ceux qui sont loin et pourtant si concernés, à l’humour que déploient ceux qui y sont plongés et pour qui il est une occasion de fuir les drames par le rire.

© Adrien Offredo

Dans la petite salle de l’Atelier du Plateau, Praline Gay-Para entourée par deux rangs de spectateurs nous raconte ses histoires et un film se déroule devant nous, où la guerre obsède même ceux qui sont loin. Ce qui domine, c’est l’absurdité du conflit, les engrenages de la violence, et le sentiment de dérision qu’éprouvent parfois ceux qui s’y sont trouvés embarqués et se demandent ce qu’ils font là. Quand on regarde Praline Gay-Para, sa façon de rouler les R, de parler avec ses mains, de toucher l’espace comme elle nous toucherait si on était ailleurs, nous entraîne au Moyen-Orient. On n’est jamais dans le pathos ; la distance de l’humour, la volonté de garder le drame à distance, même si c’est difficile est toujours là.
La mise en scène sobre et surtout les éclairages subtils de Samuel Mary contribuent au plaisir que l’on prend à cette soirée.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
L’Atelier du Plateau
5 rue du Plateau, 75019 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 41 28 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)