Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar

« Power », Michaël Mention, 10/18 Une histoire des États-Unis : les sixties.

Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4 avril 1968, et de créations folles comme la musique soul, celle de James Brown d’abord et le free jazz qui cohabitent pour exprimer la rage, la colère contre cette société raciste et qui veut le rester. Malcom comme Luther King avaient compris le lien qu’il fallait faire pour le combat de classe et de race entre le politique, le social et la lutte contre la guerre du Vietnam. Un programme qui dépassait les droits civiques pour les englober dans la mise en cause d’une société capitaliste embourbée dans la défense de ses intérêts particuliers. La ligne politique s’est incarnée dans le responsable du FBI, Edgar J. Hoover décrit dans toute sa plénitude par Clint Eastwood dans « Edgar J. ». Anti-communiste, raciste, homophobe – pourtant homosexuel -, le directeur du FBI faisait passer ses phobies avant la lutte contre le crime organisé.

Ces années sont marquées, dans les ghettos noirs des grandes ville américaines, par la naissance du « Black Panthers Party », une manière de décliner la fierté noire, « I’m Black, I’m Proud » chantait Nina Simone ou James Brown ou encore Aretha Franklin reprenant « Respect » d’Otis Redding.

Polar : Power

Michaël Mention, dans « Power », raconte l’histoire du « Black Power », de ses initiateurs et initiatrices en changeant les noms de telle façon qu’ils sont tout de suite reconnaissables – seule Angela Davis conserve son patronyme comme les assassinés de la prison d’Attica mis en musique par Archie Shepp dans « Attica Blues ».

Comment raconter cette histoire pour en faire un conte de notre temps ? L’auteur a répondu en faisant parler des personnages : un flic perdu, Neil qui passe de la bienveillance au racisme éperdu épousant les folies de Hoover, une militante, Charlène qui devient de plus en plus présente pour raconter cette saga faite de luttes politiques, d’alphabétisation des enfants des ghettos, de marxisme étrange mélangé à un maoïsme bizarre et de la drogue omniprésente pour oublier un environnement trop terrifiant. Le FBI, comme il l’a fait pour le Parti Communiste, infiltrera les Black Panthers. Tyrone sera cet agent double devenu un des responsables du Parti. Un personnage proche de la réalité.

Le tout permet de faire résonner la réalité des affrontements, guerre civile qui ne dit pas son nom. Les brigades policières ont comme objectif d’abattre tous les partisans du Black Panthers Party. Le nombre de morts non dénombrés fut à la hauteur de la peur de tous les bien-pensants voulant conserver leur pouvoir. Une histoire sanglante dont les blessures ne sont pas refermées. La situation semble s’être améliorée mais la rhétorique de Trump reste profondément inscrite dans le racisme dont la société étasunienne ne semble pas pouvoir se libérer.

Un vrai polar pour décrire une page d’histoire trop souvent ignorée de ce côté ci de l’Atlantique. Les 500 pages se dévorent au rythme de la musique qui envahit l’espace. Je regrette juste que Mention ne fasse pas référence au free jazz pour privilégier, assez logiquement il faut le reconnaître, le soul, le funk unissant le plus grand nombre. La « Play-List » de la fin permet d’avoir les références essentielles.

Nicolas Béniès

« Power », Michaël Mention, 10/18

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars coréens
    Copieur ? « Séoul Copycat » est un titre explicite. Séoul est le lieu où se déroule la scène, copycat signifie que le tueur en série copie les crimes commis par d’autres. Ici, le tueur est un policier... Lire la suite (24 septembre)
  • « Le banquier de Daech », Pascal Canfin
    « Le banquier de Daesh », un titre qui définit bien le contenu. Comment Daesh réussit-il à trouver des sources de financement ? Quel rôle joue la Russie de Poutine dans les liens étranges que des États... Lire la suite (20 septembre)
  • « Moins 18° », Stefan Ahnhem
    L’Europe du Nord n’en finit pas de faire découvrir de nouveaux auteurs de polars souvent à la limite du thriller sans la mécanique du genre qui fait désespérer de l’écriture. Stefan Ahnhem est le... Lire la suite (19 septembre)
  • « Le disparu de Larvik », Jorn Lier Horst
    William Wisting est le personnage récurrent de Jorn Lier Horst, un auteur de polar, norvégien, reconnu dans le monde entier. Wisting vieillit. Sa femme est morte et il essaie d’avoir une vie... Lire la suite (27 août)
  • « Le mystère de la chambre bleue »
    « Le mystère de la chambre bleue », qui n’a rien à voir avec la jaune, est une enquête de Louis Fronsac, un héros récurrent de Jean d’Aillon. Un notaire, fils de notaire qui exerce son métier de détective... Lire la suite (26 août)