Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Karim Aïnouz (Brésil – Allemagne)

"Praia do Futuro" Sortie en salles le 3 décembre 2014.

Donato est maître-nageur sur la plage de Praia Do Futuro à Fortaleza, Brésil.

Un jour, il sauve de la noyade un touriste allemand, Konrad.

Les deux jeunes gens s’étant épris l’un de l’autre, Donato décide d’abandonner sa mère et son jeune frère pour suivre Konrad à Berlin.

Après des années de silence et la mort de la mère, Ayrton, le benjamin devenu adulte, retrouve son frère à Berlin.

Les retrouvailles s’avèrent difficiles dans ces circonstances, mais ils tentent pourtant de renouer les liens perdus.

Cinéma :"Praia do futuro"

Si les qualités du film de Karim Aïnouz tiennent au récit, elles sont surtout dans la manière de filmer les paysages et les corps, dans l’époustouflante beauté et l’ampleur de l’image.

"Praia do Futuro" est un film sur les corps, la masculinité et sur les affrontements physiques, qu’ils soient amoureux ou conflictuels.

Qu’il s’agisse des séquences de baignade dans une eau furieuse, d’étreintes passionnées, d’hostilité à l’autre, l’image est frontale, saisie par une caméra au plus près des corps ou des éléments.

" Praia do Futuro" en même temps qu’il raconte l’histoire d’une passion, aborde hors anecdote, les thèmes de la trahison, de la culpabilité et de la famille homoparentale avec l’apparition dans le troisième tiers du récit, d’Ayrton.

Mais " Praia do Futuro " est surtout un magnifique objet cinématographique. La construction du film évite tout tracé linéaire sans jamais perdre son fil narratif et la beauté des images ne verse jamais dans l’esthétisme.

Les personnages sont finement dessinés même si, au hasard des atmosphères contrastées et des époques, ils se modifient et se tiennent momentanément dans un domaine décalé.

Fortaleza, ville du nord du Brésil aux limites de la mer et du désert et Berlin constituent les décors du film.

Fortaleza autour de son port industriel équatorial un peu abandonné est filmée avec une lumière forte et aveuglante. Berlin chargée de son histoire tragique de ville réinventée y apparaît en contraste.

Pourtant telles que Karim Aïnouz les filme, ces deux villes ont des liens évidents et c’est leur différence et leur parenté à la fois, qui font la chair de la narration.

Pour ce réalisateur, le cinéma est le terrain des corps et de l’espace. Ici, plus que les paroles, ce sont les gestes qui définissent les personnages.

Pour l’originalité de la mise en scène, la beauté de la photo. Pour les comédiens superbes…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)