Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lee Daniels (USA)

"Precious" Sortie en salles en Mars 2010

Precious Jones a seize ans. Elle est obèse, analphabète et vit sous le toit et l’autorité d’une mère dépressive et violente. Elle est elle-même la mère d’un enfant trisomique et de nouveau enceinte de son propre père… L’accumulation des handicaps qui s’abattent sur cette jeune fille pourrait laisser supposer un film lourd et misérabiliste.
Le traitement pour lequel Lee Daniels a opté, par sa fluidité, son efficacité, la façon de faire progresser le récit, produit une sorte de légèreté qui "digère" l’accumulation des faits d’infortune sans pour autant les réduire.
Precious Jones va se battre et pour cela, commencer par le commencement : s’inscrire dans une école pour apprendre à lire et à écrire. Elle découvre petit à petit les acquisitions fondamentales, le respect de soi, le respect des autres et les bienfaits de la parole pour exprimer ce qui, jusque là l’étouffait, l’emprisonnait et la conduisait à l’agressivité et à la boulimie.
Au départ, il y a "Push" le roman de Saphire écrit à partir de sa propre expérience, lorsque comme l’institutrice du film, Melle Rain, elle a enseigné la lecture et l’écriture à des jeunes et à des adultes. Le personnage de Precious lui a été inspiré par l’intelligence, la volonté, la détermination de jeunes filles qu’elle y a rencontrées et qui persévéraient dans l’apprentissage malgré des conditions de vie épouvantables voire sordides.
Les premières images du film montrent une fille disgracieuse et agressive, une sorte de masse brute qui semble privée de sensibilité, de regard sur autrui. Mais on découvre qu’à travers l’hostilité témoignée aux autres, les refus et les rebuffades, le combat qu’elle mène est contre elle-même. Les exigences de l’institutrice, la réflexion qu’elle impose à ses élèves sur les règles incontournables de la vie en groupe trace petit à petit un chemin que Precious accepte d’emprunter de plus en plus souvent et dont elle finira par faire sa route.
Melle Train avec un mélange d’humanité et d’exigence inspire confiance. Elle fait preuve face à ce groupe d’écorchées vives d’une constante sérénité doublée de sa force d’engagement. Et face à elle, Precious se transforme, prend confiance en elle, remet en question l’autorité maternelle, découvre les bienfaits de la parole.
"Precious" est une leçon d’humanité, mais aussi une belle leçon de pédagogie. Un film qui tout en serrant de près son sujet à priori sordide, trouve par son traitement le moyen d’être optimiste et lumineux.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)