Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 mars au Théâtre de l’Atelier

« Premier amour »

Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et Estragon, empêtrés dans l’absurdité de l’existence humaine.

Chassé de chez lui à la mort de son père, le narrateur rencontre sur un banc Lulu qui l’installe chez elle. Comme le dit le narrateur « Le tort qu’on a, c’est d’adresser la parole aux gens ». Le voilà donc chez Lulu, mais qu’est ce que cet autre qui dérange, que l’on accepte mais que l’on aimerait vite mettre à distance pour rester tranquille avec soi-même. Il se dit qu’il l’aime, du moins c’est le nom qu’il donne, car « n’ayant jamais aimé il n’avait pas de données ». Ce premier amour, mais faut-il l’appeler ainsi, s’arrêtera quand Lulu accouchera. Avec une écriture blanche, qui laisse l’émotion hors-champ, et un sens de l’absurde exacerbé, Beckett parle de l’amour en l’associant dès le début du texte à la mort. Le narrateur dit « J’associe à tort ou à raison, mon mariage avec la mort de mon père, dans le temps. Qu’il existe d’autres liens sur d’autres plans, entre ces deux affaires, c’est possible. Il m’est déjà difficile de dire ce que je crois savoir »

Théâtre : Premier amour

Dans une mise en scène ascétique, deux bancs, une lumière rouge intermittente et une sonnette qui le fait se lever brusquement et passer d’un banc à l’autre, Sami Frey, en pardessus défraîchi, est ce clochard accroché à son chapeau informe, le sac en bandoulière. Il déroule son récit d’une voix égale, comme s’il découvrait avec surprise sa vie, débite les jugements absurdes du narrateur avec un sérieux intrigant. Il ne cherche aucun effet, il ose le vide, le silence. Les nuances de sa voix épousent la musique de la langue de Beckett. Il parle doucement, ressasse, parle de ce premier amour avec un humour ravageur et une forte dose d’autodérision qui flirte avec l’absurde. Sa voix, ses silences deviennent la parole de Beckett et l’émotion nous emporte.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 11h

Théâtre de l’Atelier

Place Charles Dullin, 75018 Paris

Réservations : 01 46 06 49 24

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)