Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 mars au Théâtre de l’Atelier

« Premier amour »

Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et Estragon, empêtrés dans l’absurdité de l’existence humaine.

Chassé de chez lui à la mort de son père, le narrateur rencontre sur un banc Lulu qui l’installe chez elle. Comme le dit le narrateur « Le tort qu’on a, c’est d’adresser la parole aux gens ». Le voilà donc chez Lulu, mais qu’est ce que cet autre qui dérange, que l’on accepte mais que l’on aimerait vite mettre à distance pour rester tranquille avec soi-même. Il se dit qu’il l’aime, du moins c’est le nom qu’il donne, car « n’ayant jamais aimé il n’avait pas de données ». Ce premier amour, mais faut-il l’appeler ainsi, s’arrêtera quand Lulu accouchera. Avec une écriture blanche, qui laisse l’émotion hors-champ, et un sens de l’absurde exacerbé, Beckett parle de l’amour en l’associant dès le début du texte à la mort. Le narrateur dit « J’associe à tort ou à raison, mon mariage avec la mort de mon père, dans le temps. Qu’il existe d’autres liens sur d’autres plans, entre ces deux affaires, c’est possible. Il m’est déjà difficile de dire ce que je crois savoir »

Théâtre : Premier amour

Dans une mise en scène ascétique, deux bancs, une lumière rouge intermittente et une sonnette qui le fait se lever brusquement et passer d’un banc à l’autre, Sami Frey, en pardessus défraîchi, est ce clochard accroché à son chapeau informe, le sac en bandoulière. Il déroule son récit d’une voix égale, comme s’il découvrait avec surprise sa vie, débite les jugements absurdes du narrateur avec un sérieux intrigant. Il ne cherche aucun effet, il ose le vide, le silence. Les nuances de sa voix épousent la musique de la langue de Beckett. Il parle doucement, ressasse, parle de ce premier amour avec un humour ravageur et une forte dose d’autodérision qui flirte avec l’absurde. Sa voix, ses silences deviennent la parole de Beckett et l’émotion nous emporte.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 11h

Théâtre de l’Atelier

Place Charles Dullin, 75018 Paris

Réservations : 01 46 06 49 24

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)
  • « Dark circus »
    Quel étrange cirque où l’acrobate tombe, où l’homme canon s’envole au-dessus de l’Afrique pour ne plus réapparaître, où le manche d’une guitare devient un dompteur que le lion s’empresse de dévorer et où le... Lire la suite (3 décembre)