Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 mars au Théâtre de l’Atelier

« Premier amour »

Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et Estragon, empêtrés dans l’absurdité de l’existence humaine.

Chassé de chez lui à la mort de son père, le narrateur rencontre sur un banc Lulu qui l’installe chez elle. Comme le dit le narrateur « Le tort qu’on a, c’est d’adresser la parole aux gens ». Le voilà donc chez Lulu, mais qu’est ce que cet autre qui dérange, que l’on accepte mais que l’on aimerait vite mettre à distance pour rester tranquille avec soi-même. Il se dit qu’il l’aime, du moins c’est le nom qu’il donne, car « n’ayant jamais aimé il n’avait pas de données ». Ce premier amour, mais faut-il l’appeler ainsi, s’arrêtera quand Lulu accouchera. Avec une écriture blanche, qui laisse l’émotion hors-champ, et un sens de l’absurde exacerbé, Beckett parle de l’amour en l’associant dès le début du texte à la mort. Le narrateur dit « J’associe à tort ou à raison, mon mariage avec la mort de mon père, dans le temps. Qu’il existe d’autres liens sur d’autres plans, entre ces deux affaires, c’est possible. Il m’est déjà difficile de dire ce que je crois savoir »

Théâtre : Premier amour

Dans une mise en scène ascétique, deux bancs, une lumière rouge intermittente et une sonnette qui le fait se lever brusquement et passer d’un banc à l’autre, Sami Frey, en pardessus défraîchi, est ce clochard accroché à son chapeau informe, le sac en bandoulière. Il déroule son récit d’une voix égale, comme s’il découvrait avec surprise sa vie, débite les jugements absurdes du narrateur avec un sérieux intrigant. Il ne cherche aucun effet, il ose le vide, le silence. Les nuances de sa voix épousent la musique de la langue de Beckett. Il parle doucement, ressasse, parle de ce premier amour avec un humour ravageur et une forte dose d’autodérision qui flirte avec l’absurde. Sa voix, ses silences deviennent la parole de Beckett et l’émotion nous emporte.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 11h

Théâtre de l’Atelier

Place Charles Dullin, 75018 Paris

Réservations : 01 46 06 49 24

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)