Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gaël Morel (France)

« Prendre le large » Sortie en salles le 8 novembre 2017.

L’usine de textiles dans laquelle Édith a travaillé toute sa vie va être délocalisée à Tanger.

La Société offre aux ouvriers le choix entre une indemnité de licenciement ou un reclassement au Maroc dans des conditions peu avantageuses malgré le préjudice d’un départ à l’étranger avec tout ce qu’il comporte d’éléments inconnus.

Édith, la cinquantaine, veuve et dont la seule attache est un fils parti vivre sa vie loin d’elle va contre toute attente accepter la proposition de Tanger.

Mais, dès son arrivée dans la ville et la première prise de contact avec l’usine où elle est affectée, Édith qui comptait sur l’enchantement du dépaysement, se retrouve déçue. Et ressent la morsure de la solitude.

Heureusement, après un premier contact difficile, elle va se lier d’amitié avec Mina sa logeuse et son jeune fils Ali ; et grâce à cette amitié tombée du ciel, trouver un nouveau sens à sa vie.

Cinéma : Prendre le large

Avec ce film, Gaël Morel a voulu rendre hommage à la classe ouvrière dont il est issu.

A Tarare, près de Villefranche-sur-Saône où son père a travaillé dans le textile, 80 % des usines ont mis la clé sous la porte.

Et c’est dans celle où était employé son père, toujours en activité, que le réalisateur a pu tourner les séquences montrant Édith au travail en France.

Les raisons pour lesquelles Édith accepte de faire le grand pas tiennent au fait que l’idée de cesser de travailler est insupportable pour qui a vu toute sa vie rythmée par les horaires d’usine et même si elle est, dans le contexte, insuffisante, une vie sociale.

Il est également possible que face au choix à faire, Édith ait pu être tentée par l’aventure, l’inconnu et que secrètement, elle se soit attendue à être agréablement surprise par une nouvelle vie à l’étranger.

Or, ce qui l’attend, c’est tout le contraire, Un décor et un accueil peu satisfaisants, une atmosphère d’équipe inexistante, et autour d’elle des ouvriers et ouvrières murés dans le silence et terrorisés par les rondes d’une chef d’atelier redoutable.

Pourquoi le film de Gael Morel qu’on aurait aimé aimer déçoit-il ?

Peut-être parce qu’un scénario trop démonstratif rate dès le départ l’installation de son sujet avec cette entrevue manquée d’Édith avec un fils qui a réussi dans la vie.

La précipitation avec laquelle Édith prend sa décision plonge son départ précipité dans un climat artificiel.

Parce que Sandrine Bonnaire qu’on a connue meilleure comédienne, endosse mal un personnage qui se réfugie pratiquement d’un bout à l’autre du film dans une tonalité de jeu douloureuse...

Parce que le scénario, malgré des rebondissements qui s’avèrent attendus et quelques moments de solitude, suit un tracé narratif trop empreint d’angélisme.

On peut, malgré tout, faire ce détour pas un Tanger qui sonne juste...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)