Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alejandro Fernàndez Almendras (Chili –Allemagne)

"Près du feu" Sortie en salles le 25 juillet 2012

Daniel et Alejandra, la quarantaine sonnée, vivent en harmonie conjugale depuis de nombreuses années. Ils ont décidé d’un commun accord de quitter la ville et d’aller s’installer à la campagne. Dès lors, leur vie est rythmée par les activités agricoles et par le déroulement des saisons.

Mais Alejandra tombe malade. Elle est atteinte d’une maladie dont ils connaissent l’issue. Ensemble, forts de leur amour, ils tentent, en l’intégrant à leur quotidien, d’en réduire les effets dévastateurs.

Mais une faille se révèle et Daniel découvre peu à peu l’ambiguïté de ses sentiments.

Pour écrire le scénario de son film Alejandro Fernàndez Almendras s’est inspiré de l’histoire réelle d’un paysan interviewé pendant la préparation de son premier long métrage, "Huacho", qui parlait des derniers mois de la vie de sa femme.

"Près du feu" est une histoire d’amour au sein d’un couple de quadragénaires qui n’a plus rien à prouver de ses sentiments.

Le titre du film "Sentados frente al fuego" est tiré d’une œuvre du poète chilien Jorge Teillier dans laquelle il décrit un couple de vieillards qui, assis devant la cheminée, se remémore le bonheur passé et voit disparaître dans le jeu des flammes et des ombres, les souvenirs de leur vie heureuse.

On est loin des questionnements habituels et des constats sur l’usure d’un couple, des hauts et des bas qui agitent la vie commune. Ici le danger ne vient ni de la lassitude, ni de la tentation de l’adultère, mais de cette maladie qui aura le dernier mot, face à laquelle, Daniel se sent impuissant et qui le conduit à mesurer les limites de l’amour qu’il porte à sa femme.

Il n’est pas assez fort pour combattre la maladie et sauver Alejandra et sa présence auprès d’elle se limite à lui offrir des "cadeaux", ces attentions, ces actes simples par lesquels il lui exprime ce que les mots ne peuvent plus dire.

"Près du feu" est un film dont la grande simplicité du récit n’a d’égale que la complexité souterraine des rapports entre les êtres, fussent-ils mari et femme unis depuis des décennies.

Rien n’est trop et chaque geste, chaque regard, chaque questionnement silencieux, pèsent leur poids d’intimité et font la lumière sur l’insignifiance que l’existence humaine peut prendre à l’échelle du monde.

On ressent profondément, intimement, le rythme des saisons, les lentes transformations qui s’opèrent de la façon sournoise la plus insignifiante et dont on constate l’effet destructeur qu’au moment tardif, quand le mal est fait. Le récit, sur le thème du couple éprouvé, est ici d’une discrète mais belle efficacité.

Une œuvre rarement mélancolique, presque berçante, qui n’abuse jamais de la cruauté de son sujet, la cruauté ordinaire de l’existence.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La femme qui s’est enfuie »
    Seule pour la première fois depuis des années de vie conjugale au cours desquelles elle n’a jamais été séparée de son mari, Garrihee désemparée, va rendre visite à trois de ses anciennes amies. Alors... Lire la suite (28 septembre)
  • « Josep »
    Lorsqu’Aurel, dessinateur de presse, découvre le récit de Georges Bartoli sur la Retirada, illustré par des dessins de son oncle Josep, il est si impressionné par la force du trait qu’il désire faire... Lire la suite (28 septembre)
  • « Les héros ne meurent jamais »
    Par hasard, dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or le 21 août 1983 est la date de naissance de Joachim. De plus en plus... Lire la suite (28 septembre)
  • « A cœur battant »
    Julie et Yuval était un couple comme un autre, amoureux, parents d’un beau bébé et vivant à Paris. Mais du jour au lendemain, ils se retrouvent face à la nécessité de vivre séparés. On propose à Yuval... Lire la suite (27 septembre)
  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)