Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Gordon Green (États-Unis)

"Prince of Texas" Sortie en salles le 23 octobre 2013

Été 1988, à la suite des immenses incendies qui ont ravagé des milliers d’hectares de forêt dans le Texas, Alvin et Lance sont chargés de retracer le marquage au sol des routes.

Alors que l’un s’attache à la nature renaissante, l’autre ne pense qu’aux fins de semaine, aux plaisirs de la ville et à la compagnie des filles.

Alvin qui est compagnon de la sœur de Lance est un homme mesuré et sage alors que Lance est du genre bouillonnant.

Le film démarre sur le contraste un peu appuyé des personnalités des protagonistes et s’y attarde. Les conversations entre les deux hommes sont insignifiantes. L’un fait figure de sage, l’autre apparaît comme un être simplet, obsédé par le sexe.

On craint que le film ne reste sur une série de clichés et que le réalisateur ne se complaise à s’attarder sur les détails de la nature à travers le regard d’Alvin : une chenille le long d’un tronc d’arbre, des fleurs, le paysage à la fois dévasté et renaissant.

Mais bientôt la personnalité des deux hommes se nuance. La force de caractère de l’un se craquelle et celui qui n’apparaissait que superficiel révèle une certaine sensibilité.

Un week-end raté pour Lance et une lettre de rupture écrite de la main de son amie pour Alvin vont modifier la donne et faire naître une amitié qui paraissait complètement inenvisageable au début du récit.

Bien que tourné en pleine nature, "Prince of Texas" pourrait bien apparaître comme une sorte de huis-clos dans lequel se font face les seuls deux personnages en présence.

L’intervention du vieux camionneur qui les approvisionne en alcool et celui de la vieille dame qu’Alvin surprend fouillant dans les décombres en cendres de son ancienne habitation, où ancienne pilote, elle espère retrouver trace de son carnet de vols, sont les seuls rajouts que se permet le scénario.

Si le personnage du vieux camionneur est bien réel, il est possible que celui de la vieille dame ne soit que le fruit de l’imagination d’Alvin.

Car le film de David Gordon Green, dans ses dernières séquences, quand les personnages de Lance et d’Alvin se sont complètement rapprochés l’un de l’autre, s’évade dans une sorte de fantasmagorie avec des silhouettes d’enfants fouillant dans les cendres, qui font figure de fantômes.

Ce détour par le surnaturel peaufine le film et lui donne une sorte de mystère en rejaillissant sur la totalité du récit et en lui donnant un éclairage singulier.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)