US 782 du 27 octobre 2018

Prof principal : l’inflation des tâches

Plus d’un mois après la rentrée, la circulaire sur le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées est enfin publiée.

Ce texte précise ce que peuvent être les missions des professeurs principaux (PP) mais, de par sa nature, et contrairement à ce qu’en disent FO et le SNALC, il ne crée aucune obligation nouvelle et ne permet donc pas aux chefs d’établissement d’imposer de nouvelles tâches. Depuis le mois d’avril et la présentation du premier projet, le SNES-FSU a beaucoup œuvré pour qu’il en soit ainsi.

Pas à la botte du chef !

Ce texte révèle néanmoins l’inflation qu’a subi la fonction de professeur principal depuis la précédente circulaire (1993), inflation que le SNES-FSU a combattu avec les réformes successives qui ont alourdi la charge de travail des PP sans en augmenter la rémunération, dont il revendique le doublement.

Comme annoncé dans L’US du 29 août 2018, la circulaire rappelle que le PP est désigné par le chef d’établissement avec l’accord de l’intéressé.

Le SNES-FSU a aussi obtenu que les formulations qui faisaient du PP un « adjoint pédagogique » du chef d’établissement ou un « super prof » doté du pouvoir d’entraver la liberté pédagogique de ses collègues soient supprimées, notamment dans le cadre du Conseil Pédagogique. La partie consacrée à l’orientation reprend toutes les dérives de la réforme du lycée et du « Parcours avenir », mais il a obtenu que le rôle spécifique des Psy-ÉN soit rappelé à plusieurs reprises et que le rôle du PP soit limité à de la coordination et du suivi. Il faut noter qu’aucune mention des entretiens personnalisés d’orientation, que le PP est censé conduire, ne figure dans le code de l’éducation !

On ne peut finalement que regretter que la réécriture de cette circulaire n’ait pas été l’occasion d’une remise à plat du travail de professeur principal et du fonctionnement des équipes éducatives, afin que, comme le revendique le SNES-FSU, le suivi des élèves et des classes soit réellement l’affaire des équipes pluri-professionnelles qu’il faut renforcer, et que l’accompagnement du projet d’orientation de l’élève relève d’abord du travail des Psy-ÉN dans les CIO.

Emmanuel SECHET

Autres articles de la rubrique US 782 du 27 octobre 2018

  • Bac Blanquer : exigeons une remise à plat !
    En réponse aux récentes déclarations ministérielles sur la place supposément revalorisée du latin et du grec, le SNES-FSU a écrit au ministre le 18 octobre pour rappeler que toutes les options sont... Lire la suite (7 novembre)
  • #snesleaks : Demandez le programme !
    En dévoilant les projets de programmes, le SNES-FSU a mis le doigt là où ça fait mal. Le SNES-FSU a publié, en exclusivité, dès le 9 octobre les projets de programmes du lycée... Lire la suite (7 novembre)
  • Spécialités : le piège
    La réforme et les nouveaux programmes sont officiellement présentés comme la garantie d’une poursuite d’études choisies pour tous les lycéens. Ils enferment pourtant davantage qu’ils ne libèrent. Dès... Lire la suite (7 novembre)
  • Certification Cambridge : vers la généralisation ?
    Le ministère vient d’acter en catimini de nouvelles règles pour la passation de la certification en anglais. Le dispositif actuel destiné aux classes de Seconde Euro est dès maintenant supprimé. Les... Lire la suite (7 novembre)