US Magazine 779 du 9 juin 2018

Prof principal ou « petit chef » ?

Le ministère a récemment présenté aux organisations syndicales un projet de circulaire sur le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées.

Comment ne pas y voir, sous couvert d’une nécessaire actualisation, la volonté de mettre en conformité les missions des professeurs principaux avec la réforme du lycée et de l’accès à l’enseignement supérieur, et avec le sort réservé aux psychologues de l’Éducation nationale ?
La longueur du texte est pour le moins significative de l’extension des missions. Le professeur principal « anime les heures de vie de classe », « exploite les résultats des tests de positionnement en Seconde », « organise l’élection des délégués de classe en intégrant cet événement dans le cadre de l’EMC », propose « des temps de concertation avec les équipes » « sur l’évaluation des élèves » « afin de limiter les positionnements automatisés des applications informatiques de suivi des acquis » (!).

Hiérarchie intermédiaire

Pour résumer, le professeur principal devient une sorte d’intermédiaire entre le chef d’établissement et les équipes, coordonnant le suivi des élèves dans et hors temps scolaire, se substituant aux psychologues de l’Éducation nationale, assurant des missions allant bien au-delà du référentiel enseignant.

Le SNES-FSU a vivement réagi en dénonçant le caractère inacceptable du projet ; il a rappelé la notion de volontariat attachée à la fonction de professeur principal conformément au décret de 1993 et a montré les incohérences du texte qui entre en contradiction avec des dispositions du décret de février 2017 concernant les ­psychologues de l’Éducation nationale.

Le SNES-FSU appelle les collègues qui seraient volontaires pour être professeurs principaux à la rentrée à refuser tout élargissement des missions qui conduirait à installer une hiérarchie pédagogique intermédiaire. Il réaffirme la demande de doublement de l’ISOE afin de prendre en compte l’augmentation globale de la charge de travail.

Frédérique Rolet

Autres articles de la rubrique US Magazine 779 du 9 juin 2018

  • Banques d’épreuves en ligne : vrai enjeu ou faux problème ?
    Les épreuves de compétences expérimentales (ECE) en SVT et physique-chimie ont permis cette année d’expérimenter les banques d’épreuves en ligne sur eduscol. Déjà testée de manière confidentielle pour... Lire la suite (5 juillet)
  • Réforme du BAC Déjouer les pièges !
    « La réforme simplifie l’examen, qui est devenu trop complexe », affirmait le ministre dans la présentation de son projet en février dernier, une complexité qui en « fragilise l’organisation »... Lire la suite (5 juillet)
  • La lutte des places
    Gelée pendant les épreuves du bac, la plateforme d’affectation dans l’enseignement supérieur se complexifie encore à la réouverture. Délais de réponse raccourcis, phase complémentaire qui se superpose à... Lire la suite (5 juillet)
  • Nouveaux programmes saison 2
    Aménagements de certains programmes du collège pour la rentrée prochaine, écriture de nouveaux programmes du lycée pour octobre 2018 : le Conseil supérieur des programmes (CSP) a entamé au pas de... Lire la suite (5 juillet)
  • Lycée Blanquer, gare au faux départ !
    Si la question des effectifs reste d’actualité, la réforme du lycée ne s’applique pas à la rentrée. Pas même pour l’accompagnement personnalisé. Pousser les tables, aller chercher des chaises dans la... Lire la suite (5 juillet)