Publications

SES

Programmes et manuels : chasse aux sorcières ?

Les attaques contre les programmes [1] ou le contenu des manuels ne sont pas nouvelles, mais en cette période de transformation du système éducatif elles prennent une dimension particulière.

S’il admet la nécessité d’un regard de la représentation nationale sur les programmes, le SNES ne peut accepter les pressions venant de groupes ou associations poursuivant des objectifs éloignés des missions de l’Education Nationale.
Aucune discipline n’est épargnée puisque, par exemple, une association se targue d’avoir obtenu les têtes de 2 recteurs responsables d’épreuves du bac 2005 : l’un pour l’épreuve anticipée de sciences en série L portant sur l’anniversaire de la loi Weil sur l’IVG et l’autre pour l’épreuve anticipée de français (EAF) en série technologique qui proposait la chanson « Lily » de P.Perret. On peut aussi rappeler la polémique autour d’un sujet de SVT sur « le vin et ses dangers » au bac STPA en 2006. Tous ces sujets respectaient pourtant l’esprit et la lettre des programmes.

Bien entendu certaines disciplines sont plus particulièrement concernées par ces dérives ou ces attaques frontales. En premier lieu, les enseignants de SES doivent, quasiment depuis l’ introduction de leur discipline au lycée général, sans cesse en justifier l’existence, rappeler ce qui la fonde, et plus récemment se battre pour éviter de laisser tomber leur formation continue dans le giron du MEDEF à travers l’Institut de l’Entreprise. Les programmes d’Histoire-Géographie qui abordent des questions socialement vives sont aussi régulièrement l’objet de débats. Par ailleurs, les pressions pour une prise en compte du créationnisme dans l’enseignement existent toujours.

Les polémiques sur les manuels font partie de cette tentative idéologique d’une sorte de mise au pas de l’éducation nationale. Même s’ils peuvent donner, à l’extérieur, une image de ce qui est enseigné, les manuels n’en sont pas le fidèle reflet. Les enseignants ont d’une part une certaine liberté dans le choix du manuel et, d’autre part ils l’utilisent de façon personnelle en le complétant par d’autres documents. On ne peut donc accepter les reproches du MEDEF sur les manuels de SES, qui donneraient une mauvaise image de l’entreprise, ou celles d’un article du Figaro accusant ceux d’Histoire-Géographie de pro-altermondialisme, de critique de la mondialisation sur le modèle américain ou de ne pas présenter les « aspects positifs de la colonisation ».

Dans la poursuite de cette forme de chasse aux sorcières, nous interdira-t-on un jour, d’enseigner les statistiques en utilisant des données de l’INSEE sur la pauvreté, les inégalités hommes-femmes, les inégalités sociales ?

Roland HUBERT

US n° 662, 8 février 2008

Notes

[1Les programmes de collège et des disciplines générales du lycée sont élaborés par des groupes d’experts sur commande du ministre, font l’objet d’une consultation de la profession puis sont votés par le Conseil supérieur de l’Education (CSE) qui regroupe des représentants des personnels, des élèves, des parents, des collectivités territoriales et d’associations périscolaires

Autres articles de la rubrique Publications