Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Lucernaire

« Projection privée » Réduc’Snes

Une femme est assise sur son canapé et regarde la télévision, avalant publicités et documentaires insipides en attendant l’heure de son feuilleton tout aussi débile. Un homme entre. C’est son mari, il la croyait absente et a amené une conquête. Il semble avoir oublié qu’elle était sa femme, il l’appelle par divers prénoms qui ne sont pas le sien, il prétend que sa partenaire est la baby-sitter à quoi sa femme lui rétorque qu’ils n’ont pas d’enfant !

Le trio amoureux donc, mais traité d’une façon nouvelle. Pas de cris ni d’insultes mais des répliques qui fusent, parfois cyniques, toujours drôles révélant un total manque de respect de l’autre, un égocentrisme abyssal, des haines anciennes dont ils sont eux-mêmes fatigués faisant mine de leur préférer l’indifférence et enfin beaucoup de solitude. Ce qui est nouveau surtout c’est qu’au trio classique s’ajoute un quatrième personnage, la télévision, que l’on ne voit pas mais qui concentre tous les regards. Les personnages s’avèrent aussi plus complexes qu’on ne le pensait au premier abord. La femme est totalement accro à la télévision et aux feuilletons mais lucide sur sa vie. En s’identifiant aux personnages de ces séries ou en cherchant à approcher des vedettes lors d’enterrements de célébrités, elle s’invente une autre vie, plus passionnante. Et cet homme qui ne se souvient plus du prénom de sa femme, ni même qu’il est marié, qui est-il vraiment ? Qu’est-ce que ce couple, qui continue à vivre sous le même toit en s’étant complètement perdu de vue ? Quant à la maîtresse, elle ne comprend pas pourquoi elle ne cesse de « se faire avoir par les hommes » qu’elle rencontre, sinon à constater, tout comme l’épouse, qu’elle « souffre d’un vide sentimental chronique » !

Cinéma : Projection privée

La mise en scène de Michel Burstin met en valeur la pièce de Rémi de Vos avec son mélange de réalisme et d’absurde. Le canapé trône au milieu de la scène. On ne voit pas la télévision mais elle aimante tant le regard de la femme que son mari s’efforce de passer d’un bord à l’autre pour tenter d’accrocher son regard. Des détails ajoutent au comique des répliques. Ainsi le tiroir sous le canapé devient réserve à esquimaux ; on sort brusquement du salon pour se retrouver dans le décor du feuilleton avec vue de la Riviera, femmes en tenues affriolantes et mari affublé d’un bermuda, de lunettes de soleil et d’un sourire bêta ! Bruno Rochette interprète le mari veule, capable des inventions les plus loufoques pour justifier ses désirs. Sylvie Rolland est la maîtresse très sotte mais tellement seule que la femme semble prête à la comprendre. Elsa Tauveron donne toute sa complexité au personnage de la femme, s’abritant dans le monde créé dans les séries mais pas aussi perdue qu’on pourrait le croire ! Tous les trois servent brillamment ce texte à l’humour grinçant qui interpelle notre société du spectacle.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)