Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Lucernaire

« Projection privée » Réduc’Snes

Une femme est assise sur son canapé et regarde la télévision, avalant publicités et documentaires insipides en attendant l’heure de son feuilleton tout aussi débile. Un homme entre. C’est son mari, il la croyait absente et a amené une conquête. Il semble avoir oublié qu’elle était sa femme, il l’appelle par divers prénoms qui ne sont pas le sien, il prétend que sa partenaire est la baby-sitter à quoi sa femme lui rétorque qu’ils n’ont pas d’enfant !

Le trio amoureux donc, mais traité d’une façon nouvelle. Pas de cris ni d’insultes mais des répliques qui fusent, parfois cyniques, toujours drôles révélant un total manque de respect de l’autre, un égocentrisme abyssal, des haines anciennes dont ils sont eux-mêmes fatigués faisant mine de leur préférer l’indifférence et enfin beaucoup de solitude. Ce qui est nouveau surtout c’est qu’au trio classique s’ajoute un quatrième personnage, la télévision, que l’on ne voit pas mais qui concentre tous les regards. Les personnages s’avèrent aussi plus complexes qu’on ne le pensait au premier abord. La femme est totalement accro à la télévision et aux feuilletons mais lucide sur sa vie. En s’identifiant aux personnages de ces séries ou en cherchant à approcher des vedettes lors d’enterrements de célébrités, elle s’invente une autre vie, plus passionnante. Et cet homme qui ne se souvient plus du prénom de sa femme, ni même qu’il est marié, qui est-il vraiment ? Qu’est-ce que ce couple, qui continue à vivre sous le même toit en s’étant complètement perdu de vue ? Quant à la maîtresse, elle ne comprend pas pourquoi elle ne cesse de « se faire avoir par les hommes » qu’elle rencontre, sinon à constater, tout comme l’épouse, qu’elle « souffre d’un vide sentimental chronique » !

Cinéma : Projection privée

La mise en scène de Michel Burstin met en valeur la pièce de Rémi de Vos avec son mélange de réalisme et d’absurde. Le canapé trône au milieu de la scène. On ne voit pas la télévision mais elle aimante tant le regard de la femme que son mari s’efforce de passer d’un bord à l’autre pour tenter d’accrocher son regard. Des détails ajoutent au comique des répliques. Ainsi le tiroir sous le canapé devient réserve à esquimaux ; on sort brusquement du salon pour se retrouver dans le décor du feuilleton avec vue de la Riviera, femmes en tenues affriolantes et mari affublé d’un bermuda, de lunettes de soleil et d’un sourire bêta ! Bruno Rochette interprète le mari veule, capable des inventions les plus loufoques pour justifier ses désirs. Sylvie Rolland est la maîtresse très sotte mais tellement seule que la femme semble prête à la comprendre. Elsa Tauveron donne toute sa complexité au personnage de la femme, s’abritant dans le monde créé dans les séries mais pas aussi perdue qu’on pourrait le croire ! Tous les trois servent brillamment ce texte à l’humour grinçant qui interpelle notre société du spectacle.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)