Physique-Chimie au lycée : dans la perspective de la réforme

Physique-chimie

Projet de programme : Enseignement scientifique en Première Premières réflexions

Le SNES-FSU a mis en ligne les projets de programme du CSE qu’il a pu obtenir.

Le présent article présente nos premières réflexions sur l’enseignement scientifique, analyse que nous complèterons dans les jours à venir.

Même si nous savons que des modifications à la marge peuvent être effectuées, il est assez peu probable que le fond soit modifié de façon importante avant la « consultation » promise entre les 5 et 18 novembre.

Après une introduction pour le moins lyrique, on retrouve un schéma classique de programme.

Le programme se décline en quatre thèmes eux-mêmes découpés en sous thèmes orientés pour certains physique - chimie et pour d’autres SVT dont les objectifs sont très ambitieux.
-  Une longue histoire de la matière
-  Le Soleil notre source d’énergie
-  La Terre un astre singulier
-  Son et musique, porteurs d’information

Pour chaque thème il existe des sous thèmes à dominante physique-chimie et des sous thèmes à dominante SVT, d’autres peuvent être plus ambigus. Les mathématiques sont considérées comme un outil et et ne font d’ailleurs l’objet d’aucun thème.

Il apparaît un « projet expérimental et numérique » auquel il faudra consacrer un peu moins de 20% du temps en groupes à effectifs restreints, ce qui est une surprise...

Il est à ce stade difficile de statuer sur sa cohérence en l’absence du programme de Terminale. Le programme est intellectuellement intéressant. Il reprend des parties qui existent déjà dans le programme de physique-chimie de première et terminale scientifique. Certains des sujets risquent d’être très compliqués à aborder – dans l’optique affichée du programme, c’est-à-dire fondée sur une démarche scientifique rigoureuse, quantitative – devant des élèves très hétérogènes en termes d’appétence et de compétences scientifiques.

Le curseur de la complexité de ce qui sera enseigné sera fixé par la banque d’exercices d’épreuve commune, ce qui n’est pas acceptable.

En l’absence de ce curseur, nous redoutons aussi que le volume de cet enseignement soit aussi trop ambitieux et irréalisable.En effet, le texte ne précise pas si tous les sous-thèmes doivent être enseignés ou non (actuellement en spécialité physique-chimie, le choix du sous-thème à traiter est au choix du professeur).

Une question majeure demeure : qui l’enseignera ? sous quelle forme ? Il est évident que les collègues d’une discipline ne pourront pas enseigner les notions d’autres disciplines à ce niveau.

Vous êtes invités à nous envoyer vos réflexions sur ces projets de programme à physique.chimie@snes.edu

Autres articles de la rubrique Physique-Chimie au lycée : dans la perspective de la réforme