Actualité théâtrale

Jusqu’au 13 avril au Théâtre de la Tempête, partenaire Réduc’Snes

« Protée »

Paul Claudel n’a pas écrit que Le soulier de satin , L’échange et Le partage de midi . Il y a aussi un Claudel très rare, auteur de comédie. Il faut donc remercier Philippe Adrien, de nous faire découvrir cette « farce mythologique » qu’est Protée .

La nymphe Brindosier et sa troupe de satyres est retenue prisonnière par le Dieu Protée sur l’île de Naxos. Quand arrivent Ménélas et Hélène de retour de Troie, Brindosier imagine de se faire passer pour la véritable Hélène afin que Ménélas l’emmène avec ses satyres, abandonnant l’autre Hélène sur l’île. Il y a dans cette histoire des métamorphoses et des personnages classiques de la mythologie et de l’Odyssée. Mais ce qu’en fait Claudel est très réjouissant. On y rencontre un Dieu « de sixième catégorie » qui nourrit des poissons, phoques et morse, une nymphe qui imagine mille combinaisons pour fuir Naxos, un Ménélas stupide et pleutre qui ne lâche pas d’un pouce son Hélène de peur qu’on la lui enlève à nouveau et une Hélène vaniteuse et stupide, qui ne se console pas d’avoir été pendant dix ans coupée des nouvelles modes ! En écrivant Protée , Claudel se réjouissait de déchirer un peu son « auréole d’apôtre » qu’il se plaignait de porter sans cesse. Dans une lettre à J.L. Barrault, il disait son goût pour la farce, qu’il considérait « comme la forme exaspérée du lyrisme et l’expression héroïque de la joie de vivre ».

Avec cette mise en scène de Philippe Adrien, on n’est pas déçu du voyage dans ce Claudel inconnu. L’introduction nous emmène dans un salon du début du XXème siècle où Claudel dîne en compagnie d’invités, dans une ambiance qui évoque le cinéma muet avec ses accélérés, ses ralentis, le disque qui tourne trop lentement avant que la musique ne s’affole. Les personnages penchent puis disparaissent tandis que l’orage gronde et la mer apparaît. Nous sommes à Naxos et la farce peut commencer. Il y a des marionnettes de satyres et de phoques que nourrit un Protée chaussé de palmes, une nymphe facétieuse affublée de petites cornes, un satyre en guêpière, une Hélène qui bute sur Ménélas chaque fois qu’il s’arrête puisque celui-ci a décidé de ne pas la lâcher et un Ménélas matamore armé d’un arc miniature.

Les acteurs sont tout aussi délirants que la mise en scène. Marie Micla campe une Hélène sotte et crédule, imbue de sa beauté et de sa renommée et Éléonore Joncquez une Brindosier dynamique, rouée et imaginative. Jean-Jacques Moreau (Protée), Matthieu Marie (Ménélas) et Dominique Gras (Satyre-major) leur donnent la réplique avec talent.

Comme l’île de Naxos semble flotter sur la mer, le spectateur lui aussi se met à dériver, entre brefs moments lyriques et délire, où le rire emporte tout. Finalement, on peut rire beaucoup avec Claudel !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)