Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 mai au Théâtre Les Déchargeurs

« Providence »

Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On pense que certains en ont profité pour changer de vie, d’identité, peut-être de pays. Neil Labute a imaginé un couple qui avait préféré ce jour-là se rejoindre plutôt que d’aller travailler et a ainsi échappé à l’attentat. Il est marié, a deux filles, leur liaison dure depuis plusieurs années. Elle voulait qu’il quitte sa femme pour vivre avec elle. Il se dit qu’ils pourraient profiter de l’attentat pour disparaître ensemble. L’occasion est là mais ils vont se déchirer.

Théâtre : Providence

Un rideau de scène montre l’image tant reproduite des avions percutant les tours, tandis qu’une sonnerie insistante de téléphone résiste au milieu des cris et grondements venant des tours. Quand le rideau se lève un homme apparaît, affalé sur un canapé dans une pièce où flotte un nuage de poussière. Il est bientôt rejoint par une femme et le duel va pouvoir commencer. Il n’a pas prévenu sa famille qu’il est en vie. Il rêve d’une autre vie, mais en rêve-t-il vraiment ? C’est elle qui passe à l’attaque, pointant leurs différences. Il n’accepte pas qu’elle cherche à le dominer. Elle lui reproche ses hésitations, doute de lui. Très vite elle en vient à examiner de plus près leur relation. Lui parle évasion, « abandonner toute cette médiocrité, aller de l’avant », elle veut simplement que la vie continue mais qu’il quitte sa femme pour vivre avec elle. Et c’est d’une façon ironique que la pièce se termine au son de la chanson de Fred Astaire I’m in heaven, dancing cheek to cheek.

Xavier Gallais est Ben. Il semble un peu cynique face à l’ampleur de l’événement, laisse la femme prendre le dessus, puis se rebiffe, s’exalte de son rêve avant de développer une rage froide qui lui donnera la force de s’extraire de la situation. Face à lui Marie-Christine Letort passe par toute la gamme des attitudes de la femme, profitant de sa supériorité sociale, exprimant sans fard ce qu’elle ressent, exigeant, doutant et finalement acceptant sa défaite. Un très beau duo d’acteurs.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h30

Les Déchargeurs

3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)