Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 mai au Théâtre Les Déchargeurs

« Providence »

Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On pense que certains en ont profité pour changer de vie, d’identité, peut-être de pays. Neil Labute a imaginé un couple qui avait préféré ce jour-là se rejoindre plutôt que d’aller travailler et a ainsi échappé à l’attentat. Il est marié, a deux filles, leur liaison dure depuis plusieurs années. Elle voulait qu’il quitte sa femme pour vivre avec elle. Il se dit qu’ils pourraient profiter de l’attentat pour disparaître ensemble. L’occasion est là mais ils vont se déchirer.

Théâtre : Providence

Un rideau de scène montre l’image tant reproduite des avions percutant les tours, tandis qu’une sonnerie insistante de téléphone résiste au milieu des cris et grondements venant des tours. Quand le rideau se lève un homme apparaît, affalé sur un canapé dans une pièce où flotte un nuage de poussière. Il est bientôt rejoint par une femme et le duel va pouvoir commencer. Il n’a pas prévenu sa famille qu’il est en vie. Il rêve d’une autre vie, mais en rêve-t-il vraiment ? C’est elle qui passe à l’attaque, pointant leurs différences. Il n’accepte pas qu’elle cherche à le dominer. Elle lui reproche ses hésitations, doute de lui. Très vite elle en vient à examiner de plus près leur relation. Lui parle évasion, « abandonner toute cette médiocrité, aller de l’avant », elle veut simplement que la vie continue mais qu’il quitte sa femme pour vivre avec elle. Et c’est d’une façon ironique que la pièce se termine au son de la chanson de Fred Astaire I’m in heaven, dancing cheek to cheek.

Xavier Gallais est Ben. Il semble un peu cynique face à l’ampleur de l’événement, laisse la femme prendre le dessus, puis se rebiffe, s’exalte de son rêve avant de développer une rage froide qui lui donnera la force de s’extraire de la situation. Face à lui Marie-Christine Letort passe par toute la gamme des attitudes de la femme, profitant de sa supériorité sociale, exprimant sans fard ce qu’elle ressent, exigeant, doutant et finalement acceptant sa défaite. Un très beau duo d’acteurs.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h30

Les Déchargeurs

3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)