Le métier en question(s)

PsyEN EDO en travail à distance ?

Pour les PsyEN EDO, cette crise sanitaire est un révélateur supplémentaire du mépris et de la méfiance dans lequel l’administration tient nos services.

Alors que les rectorats n’ont de cesse de vouloir fermer les CIO, jusqu’à n’en laisser qu’un seul par département, à l’annonce de la fermeture des établissements, il devenait vital subitement de les laisser ouverts pour continuer à fonctionner normalement ! Réception des élèves et parents en rendez vous, réalisation des bilans psychologiques, propositions d’activités sur l’orientation en ligne aux élèves… Tout a été imaginé pour montrer que « tout était sous contrôle » y compris au mépris des droits des PsyEN qui, à la différence des autres personnels, auraient dû assurer leur service comme si de rien n’était !

Après de nombreuses tergiversations, les rectorats ont été forcés d’accepter que le travail se fasse à distance… sauf qu’aucun moyen n’a été prévu... Pas de téléphone professionnel, sauf exception, peu d’ordinateurs professionnels pour chaque PsyEN mais malgré cela, des injonctions à contacter les familles et à assurer toutes les activités prévues à distance.

Surfant comme d’habitude sur les deux leviers bien connus dans la profession, la culpabilisation quant à un « abandon » des élèves et la nécessité d’une implication professionnelle « pour sauver le service », certains rectorats cherchent à faire pression sur les personnels pour qu’ils assurent à distance, bon nombre des activités prévues en présentiel.

Heureusement, l’expérience d’équipes en CIO conduit à trouver des moyens de communiquer entre collègues. Des discussions se tiennent pour déterminer comment répondre aux demandes, savoir quel matériel utilisé, jusqu’où aller ?

Mais comme pour les autres métiers, le passage au travail à distance fait surgir plusieurs dilemmes :
- Garder le contact avec les élèves mais ne pas avoir de moyens institutionnels pour le faire
- S’assurer que les élèves de terminale les plus incertains ont bien validé leurs vœux sans avoir accès au suivi de Parcoursup ;
- Devoir communiquer par mail pour répondre aux demandes en sachant que les élèves les plus démunis n’y ont pas accès ou ne l’utilisent pas ;
- Garder le contact avec les équipes d’établissement avec un ENT qui ne fonctionne pas ou non ouvert aux PsyEN ;
- Faire fonctionner le CIO et rester disponible pour les usagers mais devoir inventer les moyens de le faire (utilisation du site, du répondeur du CIO, affichage municipal, messages sur l’ENT etc.).

La période est anxiogène non seulement pour les élèves et les familles mais aussi pour les personnels. Dans un contexte, où la limite entre sphère privée et sphère professionnelle est déjà bien bousculée, le sentiment de culpabilité de ne pouvoir aider suffisamment les jeunes, assurer le suivi de situations difficiles peut également fragiliser beaucoup de collègues.

Autres articles de la rubrique Le métier en question(s)

  • Confinement et travail à distance
    Depuis vendredi 13 mars, les enseignants, les CPE et les PsyEN, pour la plupart, n’ont plus accès à leur établissement et n’ont, au mieux, que des contacts téléphoniques ou électroniques avec leur... Lire la suite (23 mars)
  • CPE : exercer notre métier en situation de confinement
    Passé le choc de la gestion d’une crise que personne n’avait anticipée, l’urgence a été de se protéger sur le plan sanitaire. Les injonctions paradoxales causées par les priorités changeantes du... Lire la suite (23 mars)
  • Continuité pédagogique
    A partir du lundi 16 mars, il nous est demandé d’assurer la continuité pédagogique à distance. Au delà de la panne massive des ENT ce 16 mars, qui montre bien la fragilité des réseaux face aux... Lire la suite (16 mars)
  • Loin des phantasmes…
    Au préalable, précisons que la France est parmi les pays les plus riches de l’OCDE qui intègrent des pays comme les pays baltes ou d’Europe centrale très loin de nos standards de niveau de vie. Une... Lire la suite (Septembre 2019)
  • Loi Blanquer - Obligation de réserve
    Loi Blanquer - Obligation de réserve Le « devoir de réserve » est inscrit dans le premier article du projet de loi « Ecole de la confiance » de Jean-Michel Blanquer. Voici ce qu’il est possible d’en... Lire la suite (Janvier 2019)