Evaluation des personnels

QUELS ENJEUX ? QUELLE ÉVALUATION VOULONS-NOUS ?

Le ministère prévoit une réforme de l’évaluation des personnels enseignants qui transformerait radicalement le système actuel, en donnant un pouvoir accru au chef d’établissement.

Les effets d’une telle réforme et de ces méthodes managériales sur les personnes sont prévisibles : mise en compétition, clientélisme et servilité risquent de se substituer bien vite à la recherche de l’efficacité pédagogique.

UN SYSTÈME IMPARFAIT...

Le système actuel d’évaluation est loin d’être parfait. La notation pédagogique s’appuie sur l’inspection individuelle qui apparaît souvent comme infantilisante, peu utile en terme de formation, trop rare et limitée dans le temps pour rendre compte du travail réel. Le rapport d’inspection peut être très mal vécu et ne peut pas être remis en cause. Ayant peu de retours ou de regards extérieurs sur leur activité, l’importance que les collègues lui donne dépasse largement les enjeux de la note et de la carrière : soit une reconnaissance bienfaisante de leur travail, soit à l’opposé un jugement lourd de conséquences en terme d’estime de soi et dans leur rapport au métier. D’après le sociologue Xavier Albanel [1], l’un des objectifs officiels de l’inspection, qui est d’être un outil d’accompagnement pédagogique des enseignants, est loin d’être atteint du fait d’une méfiance, légitime, qu’elle suscite.

... MAIS PROTECTEUR

Cependant, il explique que cette forme d’évaluation, même critiquée, remplit une fonction de protection : elle protège l’institution de son environnement (montée de la société critique qui n’épargne pas l’école) et, en interne, les enseignants et leur identité professionnelle. En effet, l’IPR est un spécialiste dans une discipline, et le fait qu’il n’ait finalement que peu de prise sur le travail au quotidien est révélateur des marges de manoeuvre qui sont accordées à l’enseignant dans son travail, forme de reconnaissance de son rôle de concepteur de son activité.

Ainsi, on peut penser que le système actuel, malgré ses failles, pourrait être amélioré sans remise en cause radicale qui déstabiliserait fortement le milieu professionnel.

Il est nécessaire :

de déconnecter l’évaluation pédagogique de l’avancement pour redonner à l’inspection tout son rôle de conseil ;

de rendre les visites plus fréquentes pour qu’elles soient l’objet d’une réelle réflexion collective au sein des équipes enseignantes ;

de lutter contre l’arbitraire en imaginant des procédures de contrôle ou de contre-pouvoirs (commissions paritaires) et en instaurant des décisions plus collégiales.

CONCERTATION OU COMPÉTENCE ?

Enfin, il est inadmissible qu’une réforme de l’évaluation se fasse sans une élaboration conjointe des critères d’évaluation avec les enseignants et les organisations syndicales. Le référentiel de compétence, censé servir de grille d’évaluation, ignore le réel du travail et les dilemmes du métier que les professionnels ont à résoudre au quotidien dans leur classe. Or c’est la façon dont on résout ces dilemmes dans l’activité qui constitue à la fois la difficulté et la grandeur du métier. Suite à la pseudo-consultation qu’il a organisée, le ministre n’a tracé aucune piste de réflexion ni donné aucun calendrier précis de discussion. Cela laisse augurer une concertation a minima . Certes le système actuel n’est pas exempt de défaut, mais la réflexion sur la qualité du travail et sur l’efficience professionnelle pour relever les défis de la réussite de tous mérite d’être menée avec l’ensemble de la profession, autrement que par une pseudo-consultation téléguidée, censée créditer la future réforme d’un vague assentiment de la profession.

Notes

[1X. Albanel, Le travail d’évaluation, l’inspection dans l’enseignement secondaire. Octares, 2009

Autres articles de la rubrique Evaluation des personnels

  • Victoire syndicale
    Le 30 août 2012 a été publié au JORF le décret abrogeant le décret modifiant en profondeur l’évaluation des personnels enseignants, CPE et Co-Psy.Lire la suite (Septembre 2012)
  • Colloque sur l’évaluation des enseignants du second degré
    www.colloque-evaluation.net Le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNUEP-FSU, le SNPI-FSU, le SNUPDEN-FSU et le SIA organisent le 5 JUIN prochain un colloque sur l’évaluation des... Lire la suite (Avril 2013)
  • Evaluation des personnels : ultime agression
    Le 7 mai 2012, lendemain de la défaite président Sarkozy, le premier ministre signait le décret modifiant en profondeur l’évaluation des personnels enseignants, CPE et Co-Psy (publication au journal... Lire la suite (Mai 2012)
  • Parcours chaotique
    Après le vote unanime défavorable du CTM sur les projets de décrets modifiant l’évaluation des personnels enseignants, CEP et Co-Psy, le SNES et la FSU ont tout mis en œuvre, de façon unitaire, pour... Lire la suite (Avril 2012)
  • CTM du 15 mars : compte rendu
    Toutes les organisations syndicales ayant des représentants au CTM, sauf le Sgen-CFDT, avaient décidé de ne pas siéger le 8 mars lors de la première convocation du CTM chargé de donner un avis sur le... Lire la suite (Mars 2012)