Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ettore Scola (Italie)

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" Sortie en salles le 9 juillet 2014.

En ouverture du dossier de presse de " Qu’il est étrange de s’appeler Federico" on peut lire

"Quand un grand réalisateur italien raconte le plus mythique de tous les cinéastes".

Le grand réalisateur est Ettore Scola qui n’avait plus rien réalisé depuis dix ans et le plus mythique de tous les cinéastes est Federico Fellini.

Une grande amitié a lié les deux hommes tout au long de leurs vies, même si Ettore Scola était de onze ans le cadet de Fellini.

Ils ont fait l’un et l’autre leurs débuts au sein du journal "Marc’Aurelio", ont nourri beaucoup d’admiration l’un pour l’autre et ils ont eu en commun la même amitié pour Marcello Mastroiani.

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est un film hommage à Federico Fellini, à son art, sa considérable filmographie et à se personnalité.

Ettore Scola y fait revivre leur rencontre dans les locaux du journal satirique, dans les années cinquante, leur amitiés communes et surtout le plaisir partagé de réaliser des films.

Ettore Scola privilégie ici une esthétique forte et atypique puisque "Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est à la croisée du documentaire (documents d’archives, extraits de films, entretiens) et du film de reconstitution quasi-expérimental avec des séquences de fiction où ce sont les petits-fils d’Ettore Scola qui interprètent les rôles des deux cinéastes dans leur jeunesse, au moment de leur rencontre et de leur amitié naissante.

" J’avais envie de parler avec Federico, de convoquer des souvenirs, de retrouver des conversations, des documents, des dessins qu’il avait faits. On riait beaucoup avec Federico. De la vie, du monde et de lui-même."

C’est en ces termes amicaux et tendres qu’Ettore Scola justifie son retour devant la caméra après une décennie de silence.

S’il est revenu c’est bien sûr, pour nous parler de son prestigieux ami mais aussi, sans doute, en arrière-plan, de cette période où le cinéma italien était à son apogée grâce à d’immenses réalisateurs.

L’œuvre de Scola et de Fellini diffère. Ils ont travaillé dans des domaines différents. Mais ils avaient en commun un immense amour du cinéma.

Se souvenir de Fellini et de Scola, n’est pas source de nostalgie mais au contraire, une immense bouffée de plaisir et d’espoir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)