Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ettore Scola (Italie)

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" Sortie en salles le 9 juillet 2014.

En ouverture du dossier de presse de " Qu’il est étrange de s’appeler Federico" on peut lire

"Quand un grand réalisateur italien raconte le plus mythique de tous les cinéastes".

Le grand réalisateur est Ettore Scola qui n’avait plus rien réalisé depuis dix ans et le plus mythique de tous les cinéastes est Federico Fellini.

Une grande amitié a lié les deux hommes tout au long de leurs vies, même si Ettore Scola était de onze ans le cadet de Fellini.

Ils ont fait l’un et l’autre leurs débuts au sein du journal "Marc’Aurelio", ont nourri beaucoup d’admiration l’un pour l’autre et ils ont eu en commun la même amitié pour Marcello Mastroiani.

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est un film hommage à Federico Fellini, à son art, sa considérable filmographie et à se personnalité.

Ettore Scola y fait revivre leur rencontre dans les locaux du journal satirique, dans les années cinquante, leur amitiés communes et surtout le plaisir partagé de réaliser des films.

Ettore Scola privilégie ici une esthétique forte et atypique puisque "Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est à la croisée du documentaire (documents d’archives, extraits de films, entretiens) et du film de reconstitution quasi-expérimental avec des séquences de fiction où ce sont les petits-fils d’Ettore Scola qui interprètent les rôles des deux cinéastes dans leur jeunesse, au moment de leur rencontre et de leur amitié naissante.

" J’avais envie de parler avec Federico, de convoquer des souvenirs, de retrouver des conversations, des documents, des dessins qu’il avait faits. On riait beaucoup avec Federico. De la vie, du monde et de lui-même."

C’est en ces termes amicaux et tendres qu’Ettore Scola justifie son retour devant la caméra après une décennie de silence.

S’il est revenu c’est bien sûr, pour nous parler de son prestigieux ami mais aussi, sans doute, en arrière-plan, de cette période où le cinéma italien était à son apogée grâce à d’immenses réalisateurs.

L’œuvre de Scola et de Fellini diffère. Ils ont travaillé dans des domaines différents. Mais ils avaient en commun un immense amour du cinéma.

Se souvenir de Fellini et de Scola, n’est pas source de nostalgie mais au contraire, une immense bouffée de plaisir et d’espoir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’insoumis »
    Gilles Perret ( « Les jours heureux » « La sociale ») a, pendant trois mois emboîté le pas de Jean-Luc Mélenchon au cours de sa campagne présidentielle menée tambour battant, depuis les temps forts des... Lire la suite (18 février)
  • « Winter Brothers »
    Emil travaille dans une carrière de calcaire près de la petite ville de Faxe au Danemark. Pour gagner un peu plus d’argent, il fabrique un alcool frelaté qu’il vend sous le manteau aux gens du... Lire la suite (18 février)
  • « Cas de conscience »
    Un soir, alors qu’il est au volant de sa voiture, le docteur Mariman, en voulant éviter un chauffard, renverse une famille juchée sur un scooter. Il les dédommage pour les dégâts matériels et leur... Lire la suite (17 février)
  • « Corps étranger »
    Samia a fui son pays et se retrouve dans un Paris inconnu avec une adresse en poche, celle peut-être obsolète d’un garçon originaire de son village. Mais Samia est hantée par l’idée d’être retrouvée... Lire la suite (16 février)
  • « Vivre ensemble »
    Alain est professeur d’histoire dans un lycée parisien. Il mène une vie de couple sans histoires avec Sylvie. Julie déambule dans le périmètre de Saint-Germain-des-Près et passe son temps aux terrasses... Lire la suite (13 février)