Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ettore Scola (Italie)

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" Sortie en salles le 9 juillet 2014.

En ouverture du dossier de presse de " Qu’il est étrange de s’appeler Federico" on peut lire

"Quand un grand réalisateur italien raconte le plus mythique de tous les cinéastes".

Le grand réalisateur est Ettore Scola qui n’avait plus rien réalisé depuis dix ans et le plus mythique de tous les cinéastes est Federico Fellini.

Une grande amitié a lié les deux hommes tout au long de leurs vies, même si Ettore Scola était de onze ans le cadet de Fellini.

Ils ont fait l’un et l’autre leurs débuts au sein du journal "Marc’Aurelio", ont nourri beaucoup d’admiration l’un pour l’autre et ils ont eu en commun la même amitié pour Marcello Mastroiani.

"Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est un film hommage à Federico Fellini, à son art, sa considérable filmographie et à se personnalité.

Ettore Scola y fait revivre leur rencontre dans les locaux du journal satirique, dans les années cinquante, leur amitiés communes et surtout le plaisir partagé de réaliser des films.

Ettore Scola privilégie ici une esthétique forte et atypique puisque "Qu’il est étrange de s’appeler Federico" est à la croisée du documentaire (documents d’archives, extraits de films, entretiens) et du film de reconstitution quasi-expérimental avec des séquences de fiction où ce sont les petits-fils d’Ettore Scola qui interprètent les rôles des deux cinéastes dans leur jeunesse, au moment de leur rencontre et de leur amitié naissante.

" J’avais envie de parler avec Federico, de convoquer des souvenirs, de retrouver des conversations, des documents, des dessins qu’il avait faits. On riait beaucoup avec Federico. De la vie, du monde et de lui-même."

C’est en ces termes amicaux et tendres qu’Ettore Scola justifie son retour devant la caméra après une décennie de silence.

S’il est revenu c’est bien sûr, pour nous parler de son prestigieux ami mais aussi, sans doute, en arrière-plan, de cette période où le cinéma italien était à son apogée grâce à d’immenses réalisateurs.

L’œuvre de Scola et de Fellini diffère. Ils ont travaillé dans des domaines différents. Mais ils avaient en commun un immense amour du cinéma.

Se souvenir de Fellini et de Scola, n’est pas source de nostalgie mais au contraire, une immense bouffée de plaisir et d’espoir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)
  • "Le cercle littéraire de Guernesey"
    Alors que l’île de Guernesey est sous l’occupation allemande nazie, quatre amis, Elisabeth, Eben, Isola et Dawsey qui rentrent d’une soirée arrosée, se retrouvent nez à nez avec des militaires... Lire la suite (9 juin)
  • « Trois visages »
    Une grande actrice iranienne reçoit un jour une inquiétante vidéo d’une jeune fille désespérée qui implore son aide pour échapper à l’emprise de sa famille conservatrice. L’actrice, face au grand désarroi... Lire la suite (5 juin)