Actualité théâtrale

Théâtre de la Tempête, Salle Copi, jusqu’au 15 février 2015

"Quatre images de l’amour" de Lukas Bärfuss. Mise en scène Collectif Drao.

Le Collectif Drao ( initiales du titre de la pièce " Dernier remords avant l’oubli " de JL Lagarce qui a été leur première création) s’est constitué en 2003 au Théâtre de la Tempête.

Il regroupe sept comédiens qui partagent un même désir de théâtre et assument collectivement la responsabilité de la mise en scène.

Cinq créations, toutes sur des textes d’auteurs contemporains, ont précédé celle de " Quatre images de l’amour".

Théâtre : 4 images de l'amour

Évelyne attend son amant dans une chambre d’hôtel quatre étoiles. Ils se voient chaque mercredi et ici, pour la centième fois.

A son mari, elle justifie depuis quelque temps son absence par une consultation chez un médecin à cause d’une blessure à la main.

Ce n’est qu’un demi-mensonge car son amant est médecin.

Après l’amour, Évelyne et Daniel ont cette fois décidé de mettre au courant leur conjoint respectif de leur liaison. Ils conviennent d’une heure précise. Évelyne aura prévenu son mari et pour confirmer la nouvelle dans le cas où son mari ne la croirait pas, un coup de fil de Daniel surviendra…

Suzanne a tué son mari parce qu’elle a appris qu’il la trompait. Elle a un entretien avec Sébastien, son avocat pour établir le meilleur plan de défense…

" Quatre images de l’amour" est, aux dires mêmes de son auteur, un drame bourgeois qui se présente sous forme de quatre séquences se déroulant à huis clos.

Si l’écriture de Lukas Bärfuss est fine et subtile, le texte de sa pièce brille surtout par sa construction parcourue d’intrigues souterraines tournant autour des thèmes du mensonge, de la lâcheté, de l’individualisme et du nihilisme.

Les autres qualités de " Quatre images …" tiennent aux ruptures de ton tant dans les situations que dans les dialogues et à l’humour qui surgit au moment où on ne l’attend pas, qui parfois va jusqu’à provoquer le rire.

Le spectacle est rythmé par des projections de vidéos sur fond de scène et panneaux mobiles qui sont du meilleur effet et plongent chaque articulation du récit dans une lumière grise chatoyante.

Une écriture discrète, toute en demi-teinte, une mise en scène fluide, un jeu de comédiens qui ne recherche pas l’effet, un beau décor mouvant.

Sont-ce là des qualités suffisantes pour séduire un public de plus en plus amateur de spectacles divertissants.

"Quatre images de l’amour" en plus des atouts cités, est aussi un beau, intelligent et franc divertissement.

Francis Dubois

Théâtre de la Tempête Cartoucherie, Route du Champ de Manœuvre 75 012 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Angels in America »
    New York 1985, début de l’épidémie du Sida présentée par les puritains comme une punition divine à l’encontre des gays. Un avocat aussi cynique que célèbre, juif et homosexuel, refusant de reconnaître et... Lire la suite (27 janvier)
  • « Le K »
    Treize nouvelles qui donnent aux événements banals de la vie quotidienne une dimension fantastique, tantôt inquiétante, tantôt drôlissime. Gregori Baquet les a prises dans Le K de Dino Buzzati, le... Lire la suite (26 janvier)
  • "J’ai rêvé la Révolution"
    « J’ai rêvé la Révolution » est repris : Du 29 au 31 janvier à la Comédie de Picardie à Amiens (80) Du 27 février au 8 mars au théâtre de l’Épée de bois à Paris En parallèle il y a un spectacle court... Lire la suite (26 janvier)
  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)