Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Solveig Anspach (France)

"Queen of Montreuil" Sortie en salles le 20 mars 2013

Agathe est de retour en France, chez elle à Montreuil. Mais elle est revenue seule et l’’urne qu’elle tient serrée contre elle contient les cendres de son mari, mort accidentellement à l’étranger.

Elle retrouve son cadre familier et n’a en principe pas le temps de s’apitoyer sur son sort puisqu’elle doit se remettre très vite à son travail de réalisatrice.

A l’aéroport, elle a croisé un couple d’islandais, une mère et son fils, aux prises avec la disparition d’un bagage contenant une pièce rare : la robe de mariée de la mère.

Agathe les retrouve déambulant dans les rues de Montreuil à la recherche d’un point de chute. Elle finit par les héberger.

Ces deux personnages hautement fantaisistes vont donner à Agathe, petit à petit, le pouvoir de reconquérir sa vie, même si elle doit aller, avec eux, de surprise en surprise jusqu’à découvrir… une otarie dans sa salle de bains.

Avec Solveig Anspash, on est à des lieues de la comédie à la française attendue.

Dès les premières images, on saura que le drame qui a conduit la jeune femme à la solitude n’est pas irréversible, qu’il suffira qu’elle sache regarder autour d’elle et, pour peu que le hasard s’en mêle, que la vie qui s’était assombrie reprenne ses couleurs.

Solveig Ampash ne lésine pourtant pas sur les moyens : une islandaise cinquantenaire qui devient grutière par curiosité et pour pouvoir regarder la ville sur toute son étendue. Un jeune homme qui, en traînant dans le zoo de Vincennes découvre une otarie oubliée, non répertoriée, donc non pourvue d’existence et vouée à la disparition.

Une robe de mariée disparue, retrouvée, à l’étal du marché de Montreuil, disparue de nouveau, retrouvée à la jumelle, depuis la grue, sur le dos d’un travesti, récupérée et qui, revêtue par Agathe va contribuer à sa renaissance après qu’elle aura découvert que l’homme que l’urne renferme avait une autre femme dans sa vie (séquence de franche et simple comédie au cours de laquelle la maîtresse prenant Agathe pour la femme de ménage, raconte le but de sa visite : retrouver son amant dont elle a eu vent du retour) .

"J’ai deux mauvaises nouvelles", annonce Agathe. "La première est que je ne suis pas sa femme de ménage mais sa femme. La seconde c’est qu’il et mort et qu’il faudra en trouver un autre "

" Queen of Montreuil" est une fantaisie sur le thème du deuil, une comédie d’une grande liberté d’inspiration et de ton, d’une innocence toute en délicatesse, ceci même si l’héroïne traverse une période de douloureuses turbulences.

Les personnages sont des équilibristes du quotidien, des funambules qui auraient (à peine) les pieds sur terre.

Le film de Solveig Anspach est la preuve, s’il en fallait, que les recettes de la comédie ne sont pas dans les effets et qu’on peut se passer pour réussir dans le genre, des ressorts habituels.

Solveig Anspach avait réalisé en 1999, un film magnifique sur une femme enceinte qui apprenait qu’elle était atteinte d’un cancer avec Karine Viard et Laurent Lucas. C’était, sur un terrain glissant, un sujet que tout prédestinait au mélo et qui n’ sombrait jamais.

"Queen of Montreuil" , toutes proportions gardées et dans un tout autre genre, rappellent les mêmes qualités de la cinéaste. C’est peut-être une bonne définition du haut talent !

Magnifique, le film comme est magnifique la comédienne Florence Loiret-Caille.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)