Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Diego Governatori (France)

« Quelle folie » Sortie en salles le 9 octobre 2019.

Aurélien est un jeune homme charmant, cultivé, brillant dans de nombreux domaines, mais c’est un être tourmenté qui s’interroge sans cesse. Il est volubile mais il est profondément solitaire. Il se sent inadapté et pourtant il a tout compris.

Aurélien est autiste.

Face à la caméra de son ami Diego Governatori, il délie sa parole, libérant un propos d’une grande intensité, une sorte de miroir tendu .

Cinéma : Quelle folie

Le projet du film est né de l’amitié qui lie depuis des années le réalisateur à Aurélien, quinze années qu’ils ont passées à échanger à propos tant de l’état du monde que de ce qui occupait et animait leurs vies.

Quinze années pour Diego Governatori à observer tour à tour la volubilité d’Aurélien, ses fulgurances, ses visions mais aussi ses angoisses, ses dérives, ses impatiences mal contrôlées...

C’est en le voyant pris dans un schéma répétitif de l’échec, et en constatant une difficulté à s’adapter qui creusait un fossé de plus en plus grand entre la société des hommes et lui, qu’il a cherché le moyen de l’aider, de devenir une sorte de médiateur entre lui et le monde.

C’est alors qu’est né le projet de «  Quelle folie  ».

Mais, comment réaliser un film qui met en jeu l’intimité profonde d’Aurélien ?

Comment respecter les exigences technique et cinématographique et rendre compte de la fragilité intérieure d’Aurélien ?

Comment délier une parole qu’il juge viciée alors qu’elle comporte un réel pouvoir introspectif ? Comment inviter le cinéma au cœur d’une relation d’amitié ?

La parole d’Aurélien devient le point d’ancrage du projet. Son déchaînement verbal intermittent donnait la sensation qu’il pouvait déplacer des montagnes mais si le langage devenait, comme pour tout le monde, le principal moyen de rejoindre l’autre, le sien connaissait d’incessantes et imprévisibles ruptures et tempêtes produisant un tangage constant.

En laissant éclore l’objet de son discours enfoui, c’est une part de son trouble autistique qui est révélée, sa discontinuité d’être, le sentiment de se sentit différent, l’inaptitude à comprendre les systèmes symboliques.

Pour permettre à Aurélien d’avancer dans la démarche, Diego Governatori a fait le choix de la confronter à l’homme dans ce qu’il peut avoir de plus inquiétant, la foule, un élément qu’Aurélien allait peut-être vivre comme une agression avec ses mouvements incessants, son agressivité naturelle, ses débordements sonores.

Et pas n’importe quelle foule : celle qui, pendant les plusieurs jours que les ferias de la San Fermin durent, va occuper les rues de la ville de Pampelune. Un choix pour que les énergies collectives qui s’y déploient viennent faire directement écho à ce qui se joue dans la vie d’Aurélien. Le filmer seul dans un espace, un mouvement qui est l’envers de son petit « théâtre » solitaire et quotidien et observer comment sa pensée se fraie un chemin dans ce contexte.

Le personnage d’Aurélien est impressionnant, tour à tout limpide et confus, tour à tour maître de la situation et dans l’instant d’après, égaré, mais dans tous les cas développant une maîtrise de la pensée passionnante.

Aurélien Deschamps a fait des études de philosophie après quoi, il a reçu une formation théâtrale. A la suite de sa rencontre avec les frères Governatori, il s’est intéressé au cinéma et a réalisé deux courts métrage dont l’un dans lequel il joue le personnage principal est une libre interprétation de « L’éducation sentimentale  » de Flaubert.

« Quelle folie  » permet une autre approche de l’autisme où le désordre ne vient pas du mutisme mais au contraire d’un usage débordant de la parole.

Le portrait fascinant de l’imprévisibilité....

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)
  • « Les visages de la victoire »
    Elles s’appellent Cherifa, Aziza, Janiaa, Mimouna. Ce sont des femmes de l’ombre, de celles à qui on donne rarement la parole. Femmes d’immigrés de la période des trente glorieuses, elles ont dû... Lire la suite (8 mars)
  • « Haingosoa »
    Haingo est une jeune mère célibataire malgache qui peine à joindre les deux bouts. Elle n’a pas les moyens d’acheter la blouse d’uniforme qui est la condition sine qua non pour que sa fillette soit... Lire la suite (3 mars)
  • « Monos »
    Dans les montagnes colombiennes un groupe d’adolescents composé de garçons et de filles armés ont pour mission de veiller à ce que l’otage américaine qu’on leur a confiée reste en vie. Les premières... Lire la suite (2 mars)