Actualité théâtrale

30-31 mars 2015 20h30– Art Studio Théâtre Paris

« Quelque Part » un essai théâtral autour de la guerre d’Algérie

Né d’un laboratoire de création autour du thème de la Guerre d’Algérie (qui est aussi au cœur de réflexions dont nous rendons compte dans l’US-MAG de ce mois de mars avec le dossier « Rebelles à l’ordre colonial » du 126e numéro des ’’Cahiers d’histoire’’ – revue d’histoire critique – http://chrhc.revues.org), « Quelque Part » est une création de la Compagnie Olibres [1] à l’initiative de son metteur en scène, Félix Bonnin-Laville, et d’une petite équipe composée majoritairement de jeunes artistes, auteurs, comédien-ne-s, assistants-assistantes à la réalisation, techniciennes, comme Amélie Bourdon, Coralie Brialy (scénariste), Alexandre Cattez, Margaux Conduzorgues, Mehdi Fetah, Fanny Garin (co-auteure), Alice Marin, Jean Pennec (comédien et co-auteur), Laure Prioul, Marie Valentin, Nicolas Vinyes ... dont nous avons déjà pu apprécier le travail de certains dans de précédentes créations en d’autres lieux et compagnies.

La gageure pour cette équipe : ’’comment parler d’une matière aussi complexe et polémique sans rentrer dans le spectacle politique, l’indignation ou la colère stérile, la violence insupportable ?’’

Maniant humour et recherche philosophique, simplicité et poésie, Quelque Part, abordant la guerre d’Algérie avec plusieurs auteurs et des prismes très différents, de par leur vécu et leur histoire personnelle, veut nous ramener à ’’la réflexion intime et sensible, la recherche intérieure de ce qui, en nous, fait la guerre’’ en interrogeant la construction de la mémoire.
C’est une création tout à fait importante sur la perception des jeunes d’aujourd’hui sur la guerre d’Algérie (et plus globalement de celles et ceux qui n’ont pas connu cette période, ce qui est le cas de tous les artistes impliqués ici), et plus globalement sur le colonialisme, la torture, la barbarie, les conflits armés qui se poursuivent...
Ils ont su associer habilement ironie et parodie, en particulier en interrogeant ce qui fait mémoire selon les moments et le passé de chacun, en contrepoint de moments poignants, avec une scénographie originale.
On sent un énorme travail d’écriture –et de collecte de témoignages- en amont, très habilement mis en scène, dans le cadre du Festival Printemps de la Création qui accueille 12 autres compagnies jusqu’au 30 juin à l’Art Studio Théâtre (détail sur www.artstudiotheatre.org). [2]

A découvrir d’urgence ! [3]
Philippe Laville

Art Studio Théâtre
120bis rue Haxo – 75019 Paris
M° Télégraphe ou Pte des Lilas
Réservation = 06 83 28 24 51 (se recommander de cet article – partenariat « Réduc’snes » en projet)

Notes

[1basée à Antony et bénéficiant pour cette création du soutien du théâtre Firmin Gémier La Piscine et de la Ville d’Antony ; compagnie.olibres@gmail.com 06 83 28 24 51

[2L’Art Studio Théâtre a été fondé il y a 29 ans, en 1986, par Kazem SHAHRYARI, d’abord aux Frigos de Paris, avant d’équiper en 1993 un petit espace au-dessus de Belleville, au milieu d’une cour et de jardins d’immeubles. Outre l’animation de ce lieu au riche passé créatif, empreint de solidarités, Kazem SHAHRYARI dirige la collection "Cinq continents" aux éditions L’Harmattan.

[3Mise à jour le 31/3/2015 de l’article initial du 28/3

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)
  • « Dark circus »
    Quel étrange cirque où l’acrobate tombe, où l’homme canon s’envole au-dessus de l’Afrique pour ne plus réapparaître, où le manche d’une guitare devient un dompteur que le lion s’empresse de dévorer et où le... Lire la suite (3 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)