Actualité théâtrale

30-31 mars 2015 20h30– Art Studio Théâtre Paris

« Quelque Part » un essai théâtral autour de la guerre d’Algérie

Né d’un laboratoire de création autour du thème de la Guerre d’Algérie (qui est aussi au cœur de réflexions dont nous rendons compte dans l’US-MAG de ce mois de mars avec le dossier « Rebelles à l’ordre colonial » du 126e numéro des ’’Cahiers d’histoire’’ – revue d’histoire critique – http://chrhc.revues.org), « Quelque Part » est une création de la Compagnie Olibres [1] à l’initiative de son metteur en scène, Félix Bonnin-Laville, et d’une petite équipe composée majoritairement de jeunes artistes, auteurs, comédien-ne-s, assistants-assistantes à la réalisation, techniciennes, comme Amélie Bourdon, Coralie Brialy (scénariste), Alexandre Cattez, Margaux Conduzorgues, Mehdi Fetah, Fanny Garin (co-auteure), Alice Marin, Jean Pennec (comédien et co-auteur), Laure Prioul, Marie Valentin, Nicolas Vinyes ... dont nous avons déjà pu apprécier le travail de certains dans de précédentes créations en d’autres lieux et compagnies.

La gageure pour cette équipe : ’’comment parler d’une matière aussi complexe et polémique sans rentrer dans le spectacle politique, l’indignation ou la colère stérile, la violence insupportable ?’’

Maniant humour et recherche philosophique, simplicité et poésie, Quelque Part, abordant la guerre d’Algérie avec plusieurs auteurs et des prismes très différents, de par leur vécu et leur histoire personnelle, veut nous ramener à ’’la réflexion intime et sensible, la recherche intérieure de ce qui, en nous, fait la guerre’’ en interrogeant la construction de la mémoire.
C’est une création tout à fait importante sur la perception des jeunes d’aujourd’hui sur la guerre d’Algérie (et plus globalement de celles et ceux qui n’ont pas connu cette période, ce qui est le cas de tous les artistes impliqués ici), et plus globalement sur le colonialisme, la torture, la barbarie, les conflits armés qui se poursuivent...
Ils ont su associer habilement ironie et parodie, en particulier en interrogeant ce qui fait mémoire selon les moments et le passé de chacun, en contrepoint de moments poignants, avec une scénographie originale.
On sent un énorme travail d’écriture –et de collecte de témoignages- en amont, très habilement mis en scène, dans le cadre du Festival Printemps de la Création qui accueille 12 autres compagnies jusqu’au 30 juin à l’Art Studio Théâtre (détail sur www.artstudiotheatre.org). [2]

A découvrir d’urgence ! [3]
Philippe Laville

Art Studio Théâtre
120bis rue Haxo – 75019 Paris
M° Télégraphe ou Pte des Lilas
Réservation = 06 83 28 24 51 (se recommander de cet article – partenariat « Réduc’snes » en projet)

Notes

[1basée à Antony et bénéficiant pour cette création du soutien du théâtre Firmin Gémier La Piscine et de la Ville d’Antony ; compagnie.olibres@gmail.com 06 83 28 24 51

[2L’Art Studio Théâtre a été fondé il y a 29 ans, en 1986, par Kazem SHAHRYARI, d’abord aux Frigos de Paris, avant d’équiper en 1993 un petit espace au-dessus de Belleville, au milieu d’une cour et de jardins d’immeubles. Outre l’animation de ce lieu au riche passé créatif, empreint de solidarités, Kazem SHAHRYARI dirige la collection "Cinq continents" aux éditions L’Harmattan.

[3Mise à jour le 31/3/2015 de l’article initial du 28/3

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)