Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stéphane Brizé (France)

"Quelques heures de printemps" Sortie en salles le 19 septembre 2012

Récemment sorti de prison pour avoir transporté des produits de contrebande dans le poids lourd qu’il conduisait, Alain revient, à quarante-huit ans, vivre chez sa mère.

La cohabitation s’avère d’entrée difficile car, non seulement la vieille dame est de nature acariâtre mais elle est atteinte par un mal qui ne se montre pas, mais dont elle sait qu’il ne lui laisse plus que peu de temps à vivre.

Or, Yvette a pris une décision. Lorsque sa maladie qui jusque-là sommeille, la menacera vraiment, elle ira en Suisse dans un établissement d’aide au suicide, dont la vocation est de permettre aux malades condamnés de mourir dignement.

Stéphane Brizé est un réalisateur qui s’attache à ses personnages, au jeu de ses comédiens et au tracé minutieux de son récit.

Et là, il réussit merveilleusement. Ses personnages sont ciselés pour conduire un sujet qu’il traite par petites touches, avec une justesse confondante, privilégiant l’anodin et les allées et venues les plus ordinaires.

Chez lui, un duo comme celui que forment Vincent Lindon - Hélène Vincent fait merveille et les deux partitions prises chacune à part ou dans la conjugaison des deux donnent lieu à des sommets d’interprétation.

Pour Hélène Vincent, qui est ici à contre-emploi, la précision des regards, du moindre geste renvoie à un quotidien répétitif qui rappellera à chacun un personnage familier. Il faut la voir dans ses ensembles jupes droite-chemisier classique, vaquer à ses occupations et laisser deviner derrière un regard opaque, la tragédie maîtrisée de sa fin de vie annoncée.

Elle est rugueuse, abrupte, on n’aimerait pas la compter dans son entourage tant elle distille par son comportement, ses bougonnements, une méchanceté ordinaire qui est peut-être son seul moyen de défense.

Vincent Lindon s’applique à ne pas exprimer le désarroi où il se trouve et donne une de ses interprétations auxquelles il nous a tellement habitués qu’elles ne nous surprennent plus. Et c’est dommage ! Qu’il soit comme ici, un homme blessé appliqué à garder toute sa force et sa virilité dans l’épreuve, la générosité faite homme comme dans " Welcome" ou celui qui cherche la voie du bonheur en terrain inconnu comme dans " Mademoiselle Chambon" , il reste le même roc.

Il est très (trop) bien mais il faudrait qu’il prenne garde à ne pas user son "personnage". Alain Cavalier avait parfaitement compris, en l’employant dans "Pater" , les autres capacités de jeu de ce comédien "pilier" du cinéma français.

" Quelques heures de printemps" est un magnifique récit en sourdine. Une belle et cruelle histoire d’amour entre une mère et son fils qui se seront, tout au long de leur vie, appliqués à rater, à part la dernière fois, toutes les chances de se rencontrer.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Affaire de famille"
    Jean Guignebont a raté de peu, autrefois, une carrière de footballeur en première division. Laure Guignebont tient dans un quartier de Grenoble, une boutique de souvenirs démodée dont elle a hérité... Lire la suite (Juin 2008)
  • "L’Appel des arènes"
    Nalla et Sory sont deux jeunes dakarois issus de milieux sociaux très différents. Nalla vient d’une famille aisée tandis que Sory, chômeur épileptique vit de petits trafics et de paris douteux. Le seul... Lire la suite (Juin 2008)
  • "A swedish love story – Le temps de l’innocence"
    Pär et Annika ont quinze ans. Ils se rencontrent au cours d’une fête à la campagne. Même blondeur, même visage angélique. Ils s’aiment dès le premier regard avec la maladresse de leur âge, d’un amour... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Reprise"
    En juin 1968, un groupe d’étudiants en cinéma de l’IDHEC filme le retour au travail des employés de l’usine Wonder à Saint-Ouen après trois semaines de grève. Une jeune femme, ouvrière de l’usine, reste... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Moi qui ai servi le roi d’Angleterre"
    Jiri Menzel et l’écrivain Bohumil Hrabal n’en sont pas à leur première collaboration. Dans les années 60, pour Petites perles au fond de l’eau, un film tiré de plusieurs nouvelles de l’auteur, Menzel... Lire la suite (Mai 2008)