Note de Vie Scolaire

Qui a décidé du principe d’une note de vie scolaire ? Pourquoi ?

C’est l’article 32 de la loi Fillon qui stipule que le futur diplôme national du brevet comportera une note de vie scolaire. Cette note n’était donc initialement prévue qu’en 3ème.

Sa généralisation à toutes les classes du collège a été par la suite annoncée sans aucune concertation préalable par Gilles de Robien à la suite des émeutes de banlieue de 2005.

Tous les textes que le ministre a présentés au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) sur cette question ont été rejetés par la quasi totalité de l’assemblée. Certes le CSE n’est qu’une instance consultative, mais en passant outre le vote que celui-ci a émis à deux reprises , il a voulu imposer sa conception de l’éducation. L’Inspection Générale s’est également opposée en janvier dernier dans une note officielle à "une note de vie scolaire chiffrée et coefficientée". Elle a indiqué qu’il ne saurait être question d’appliquer aux élèves le principe de la double peine (activité en classe déjà évaluée par l’enseignant ou comportement déjà sanctionné dans le cadre du règlement intérieur). Le Ministre n’en a pas plus tenu compte.

En instaurant cette note, le Gouvernement et le Ministère de l’éducation nationale ont voulu afficher la volonté de régler un vrai problème par une mesure qui ne leur coûte rien, alors qu’ils suppriment dans le même temps des dizaines de milliers d’emplois au niveau de la vie scolaire.

Cette note relève par ailleurs d’une conception de l’éducation qui accorde une place importante à l’évaluation de comportements. Derrière la notion de "comportement civiques et responsables" se profile en fait la notion de docilité et celle de comportements normatifs fixés par les notateurs.

Autres articles de la rubrique Note de Vie Scolaire