Actualité théâtrale

Jusqu’au 18 février au Théâtre National de La Colline

« Quills » Réduc’Snes

C’est à l’affrontement de la liberté d’expression et de la censure que s’intéresse le dramaturge et scénariste américain Doug Wright dans cette pièce. Il a imaginé les derniers jours de la vie du Marquis de Sade, qui toute sa vie a exploré par la plume les pulsions sexuelles et les désirs immoraux que les hommes s’interdisent. Le médecin directeur de l’asile d’aliénés de Charenton où le Marquis était alors enfermé, encouragé par la Marquise de Sade dont la vie sociale est contrariée par les écrits de son mari, pense qu’il faut le faire taire par la censure et à défaut par la contrainte, y compris physique. À l’inverse l’abbé de Coulmier qui préfère aux camisoles de force les bienfaits de la musique, pense pouvoir par la force de la morale convaincre le Marquis de cesser ses écrits, qui troublent la société. Pourtant Sade, par d’astucieux stratagèmes et l’aide d’une jeune lingère, réussit encore à faire publier ses écrits sulfureux. Jusqu’où l’un ira-t-il pour faire taire l’autre ? Jusqu’où le Marquis ira-t-il pour se faire lire et entendre ?

Théâtre : Quills

Ce qui est en jeu dans ce texte à la fois très noir et jubilatoire ce n’est pas seulement l’affrontement de la censure et la défense de la liberté d’expression, c’est aussi la défense du pouvoir de l’imagination. Mais celle-ci libère-t-elle l’artiste de toute responsabilité face aux répercussions que peuvent avoir ses écrits ? Peut-on enfin contraindre un artiste au nom de la morale, alors que celle-ci a des frontières bien mouvantes ?

Jean-Pierre Cloutier a, avec Robert Lepage, imaginé une superbe scénographie pour la pièce. Alors que celle-ci se déroulait seulement dans deux lieux, le bureau du directeur et la cellule du Marquis, Jean-Pierre Cloutier a imaginé un palais de miroirs mobiles. Tantôt tournants, permettant de passer du bureau du directeur à la cellule du Marquis, tantôt démultipliant les images semblant conduire le spectateur dans les moindres recoins de l’asile, de la cellule d’autres aliénés à la lingerie, tantôt brouillant les lieux faisant coexister des scènes différentes. Les lumières contribuent à la création de lieux différents dans le même espace, lumière chaude où domine le rouge pour ce qui ressemble plus à une chambre qu’à une cellule, ou barreaux lumineux éblouissants qui enferment le Marquis. De ces procédés, qui permettent de représenter plusieurs saynètes et de créer des atmosphères différentes dans un petit espace, naît une impression de labyrinthe où le vertige saisit le spectateur.

Les acteurs enfin sont à la mesure des enjeux du texte. Pierre-Yves Cardinal incarne avec subtilité l’évolution de l’abbé de Coulmier, que les ordres du directeur et les provocations du Marquis de Sade conduiront à abandonner ses convictions, au point de sombrer dans l’abjection. Pierre Lebeau est le médecin et directeur de l’asile. Sous ses airs de Père la Morale ferme et déterminé se cache un homme prêt à tout pour avoir de l’argent afin de tenter de garder prisonnière sa femme voluptueuse et volage. De façon narquoise le metteur en scène a confié à Mary Lee Picknell un double rôle. Elle est la jeune lingère à la jeunesse fougueuse, franche mais pas naïve qui réplique à un Marquis trop entreprenant « il y a des choses qui existent sur le papier et d’autres dans la vie ». Elle est aussi la femme du médecin immorale et cynique. Robert Lepage incarne le Marquis de Sade. Il mêle propos scabreux destinés à choquer l’abbé et traits d’esprit, argumentation rigoureuse et insultes envers l’abbé. Il nous fait rire et sombrer dans la gravité l’instant suivant. Le plus déterminé de tous c’est lui. Si on lui confisque le papier il écrira sur ses draps, sur ses vêtements, Si on lui confisque l’encre il écrira avec le vin, avec son sang, avec ses excréments. On ne pourra pas le faire taire et Robert Lepage, même mis à nu, lui donne une force que le spectateur ne peut oublier. Il faut courir à la Colline pour voir Quills.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30, le dimanche à 15h30

Théâtre National de la Colline

15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)