Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ahmad Abdalla (Egypte 2013, 1h27)

« Rags and Tatters » Le Caire déchiré

Janvier 2011 en Egypte, les prisons s’ouvrent sous la pression des événements. Un prisonnier tente de filmer cette libération avec son portable : images en mouvement désordonné, confuses voire insaisissables. Cette tentative semble être la matrice du film.
D’une part il va s’agir pour le personnage principal de sauver cet ami, l’homme au portable, grièvement blessé lors de l’évasion générale. mais il va s’agir aussi de sauver ce qu’il a filmé, en cherchant à le diffuser par tous les moyens : internet, médias... car cette matière filmique, prise dans l’instant, participe à sa mesure à une dimension historique.
D’autre part, pour ce faire, le personnage principal cherche à reprendre pied dans la ville du Caire. Bien vite, force lui est de constater qu’il a quasiment perdu ses repères : avant de retrouver quelques membres de sa famille, il est brutalement agressé et dépouillé par une milice dans son propre quartier, il recherche ensuite la jeune fille dont il gardait la photo, il la voit partir avec un autre en moto... Aussi le protagoniste observe-t-il en silence, tout au long du film, un monde déchiré qu’il croyait bien connaître.
Cette déchirure : Rags and Tatters, chiffons et lambeaux, renvoie au monde des Coptes, souvent chiffonniers à l’origine, c’est-à-dire à la famille de son ami. Le protagoniste rencontrera cette famille lors des obsèques coptes de son ami... Elle renvoie aussi à un monde qui, aux yeux du personnage principal, vacille au fil de ses errances, de ses égarements. Le protagoniste est ainsi ballotté au fil d’événements qu’il ne maîtrise pas, il fuit sur les pas d’un jeune musulman qui le protège, il va d’une communauté religieuse à l’autre, d’un quartier à un autre, déraciné, dépaysé, perdu. Son cheminement, d’abord tracé, l’amène ensuite à fuir au hasard, il ne cherche plus à retrouver son quartier, sa ville mais à s’efforcer de survivre dans un monde qui bascule au risque d’être soi même déchiré, en lambeaux.
Muriel Forté

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)