Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ahmad Abdalla (Egypte 2013, 1h27)

« Rags and Tatters » Le Caire déchiré

Janvier 2011 en Egypte, les prisons s’ouvrent sous la pression des événements. Un prisonnier tente de filmer cette libération avec son portable : images en mouvement désordonné, confuses voire insaisissables. Cette tentative semble être la matrice du film.
D’une part il va s’agir pour le personnage principal de sauver cet ami, l’homme au portable, grièvement blessé lors de l’évasion générale. mais il va s’agir aussi de sauver ce qu’il a filmé, en cherchant à le diffuser par tous les moyens : internet, médias... car cette matière filmique, prise dans l’instant, participe à sa mesure à une dimension historique.
D’autre part, pour ce faire, le personnage principal cherche à reprendre pied dans la ville du Caire. Bien vite, force lui est de constater qu’il a quasiment perdu ses repères : avant de retrouver quelques membres de sa famille, il est brutalement agressé et dépouillé par une milice dans son propre quartier, il recherche ensuite la jeune fille dont il gardait la photo, il la voit partir avec un autre en moto... Aussi le protagoniste observe-t-il en silence, tout au long du film, un monde déchiré qu’il croyait bien connaître.
Cette déchirure : Rags and Tatters, chiffons et lambeaux, renvoie au monde des Coptes, souvent chiffonniers à l’origine, c’est-à-dire à la famille de son ami. Le protagoniste rencontrera cette famille lors des obsèques coptes de son ami... Elle renvoie aussi à un monde qui, aux yeux du personnage principal, vacille au fil de ses errances, de ses égarements. Le protagoniste est ainsi ballotté au fil d’événements qu’il ne maîtrise pas, il fuit sur les pas d’un jeune musulman qui le protège, il va d’une communauté religieuse à l’autre, d’un quartier à un autre, déraciné, dépaysé, perdu. Son cheminement, d’abord tracé, l’amène ensuite à fuir au hasard, il ne cherche plus à retrouver son quartier, sa ville mais à s’efforcer de survivre dans un monde qui bascule au risque d’être soi même déchiré, en lambeaux.
Muriel Forté

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)