Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ahmad Abdalla (Egypte 2013, 1h27)

« Rags and Tatters » Le Caire déchiré

Janvier 2011 en Egypte, les prisons s’ouvrent sous la pression des événements. Un prisonnier tente de filmer cette libération avec son portable : images en mouvement désordonné, confuses voire insaisissables. Cette tentative semble être la matrice du film.
D’une part il va s’agir pour le personnage principal de sauver cet ami, l’homme au portable, grièvement blessé lors de l’évasion générale. mais il va s’agir aussi de sauver ce qu’il a filmé, en cherchant à le diffuser par tous les moyens : internet, médias... car cette matière filmique, prise dans l’instant, participe à sa mesure à une dimension historique.
D’autre part, pour ce faire, le personnage principal cherche à reprendre pied dans la ville du Caire. Bien vite, force lui est de constater qu’il a quasiment perdu ses repères : avant de retrouver quelques membres de sa famille, il est brutalement agressé et dépouillé par une milice dans son propre quartier, il recherche ensuite la jeune fille dont il gardait la photo, il la voit partir avec un autre en moto... Aussi le protagoniste observe-t-il en silence, tout au long du film, un monde déchiré qu’il croyait bien connaître.
Cette déchirure : Rags and Tatters, chiffons et lambeaux, renvoie au monde des Coptes, souvent chiffonniers à l’origine, c’est-à-dire à la famille de son ami. Le protagoniste rencontrera cette famille lors des obsèques coptes de son ami... Elle renvoie aussi à un monde qui, aux yeux du personnage principal, vacille au fil de ses errances, de ses égarements. Le protagoniste est ainsi ballotté au fil d’événements qu’il ne maîtrise pas, il fuit sur les pas d’un jeune musulman qui le protège, il va d’une communauté religieuse à l’autre, d’un quartier à un autre, déraciné, dépaysé, perdu. Son cheminement, d’abord tracé, l’amène ensuite à fuir au hasard, il ne cherche plus à retrouver son quartier, sa ville mais à s’efforcer de survivre dans un monde qui bascule au risque d’être soi même déchiré, en lambeaux.
Muriel Forté

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)